Etheria World

Forum interdit aux personnes physiques de moins de 15 ans et déconseillé au personnes physiques n'aillant pas atteint la majorité légale.

Bienvenue dans un monde Heroic-Fantasy [Hentai/Yaoi/Yuri]
Forum interdit au moins de 16 ans


    Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Partagez
    avatar
    Maitre du Jeu

    Messages : 276
    Points RP : 100356
    Date d'inscription : 13/03/2010

    Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Message  Maitre du Jeu le Jeu 2 Mai - 10:07

    Deirdre et Outis Fendir entrent dans l'arène par deux portes opposées, guidées par les voix des Crânes de Vision, enchâssés dans les troncs des arbres, lugubres surveillants. Leurs voix enrouées résonnent comme une seule, intimant aux Chasseresses de s'avancer jusqu'au centre. Là, une fois arrivé dans la clairière, une lueur en forme de croix, vacillante, apparait. Elle grandit, s'élargit, jusqu'à englober tout le Cirque. En levant la tête, notre duo peut constater que c'est le plafond qui s'ouvre, dans un lourd claquement régulier, d'une chaîne qui subit la traction d'un puissant mécanisme. Une fois le grincement de la pierre frottée contre la pierre achevée, la lueur du soleil passe au travers d'une grande toile blanche, éclairant faiblement les lieux. Mais les torches, disposées en hauteur, canalisent une luminosité jaune et mouvante dans le Cirque.

    La foule crie, la foule hurle, la foule applaudit.
    Et, tout autour, la voix collective des crânes putréfiés murmure :


    - Préparez vous...

    -----

    HRP : Vous avez un poste chacun pour vous préparer. Ensuite, je répondrais pour annoncer l'arrivée des bêtes. N'oubliz pas que vous devez poster une fois toutes les 72 heures au minimum. Je répondrais à chaque fois que chacun d'entre vous aura posté une réponse, pour faire évoluer la situation. Bonne chance.
    avatar
    Deirdre
    ~ Main d'Argent ~

    Messages : 274
    Points RP : 256
    Date d'inscription : 04/10/2010
    Age : 38
    Localisation : Campement de la Guilde, voyons ! ;)

    Feuille de personnage
    Age :: 28
    Information Importante :: Commandant de la Guilde des Mercenaires d'Argent
    Côté Coeur: : Ah, ça existe ? Ca se recolle se truc ?

    Re: Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Message  Deirdre le Ven 3 Mai - 5:01

    L'ange-fée, après l'annonce aux siens de la Guilde des Mercenaires d'Argent qu'elle participerait à l'événement de la "Chasse aux Monstres" sur les Terres d'Amaruak, en Nortatem, se félicita de l'idée de confection d'une tenue spéciale dans un tissu qui ne lui collerait pas la peau. Un corsage à lacets et un pantalon faits dans du coton noir partiellement iridescent de bleu azur. Une fois n'est pas coutume, elle n'omit pas sa cape à capuche. Non seulement à cause des anges de sang pur mais également à cause du sable qui lui créerait des dommages tout autant. Si ce n'est beaucoup plus physique. Pour le moment.

    Bien qu'une petite délégation s'était détachée pour accompagner leur supérieure, la route vers le Colisée était bien plus rapide que la sang mêlé s'y attendait. Peut-on dire qu'ils étaient fiers d'elle ? Elle ne saurait dire car c'était plutôt l'inverse. Miss Féerya était fière d'eux. Le temps s'écoulait auprès de ces hommes et femmes de tout horizon excluant les anges et démons de sang pur pour des raisons de sécurité. Des aventures, et des missions toutes plus dangereuses les unes que les autres. Néanmoins, elle était parvenue à lire les trois quart du livre de son dernier mentor, Maître Amaruak, sans pour autant pouvoir s'entraîner aux différents exercices. Il était temps qu'elle aille revoir le Seigneur Liche.

    Les quelques mercenaires s'étaient placés aléatoirement dans les gradins à une distance raisonnable les uns des autres au cas où le lieu devrait être évacué en toute urgence. Pendant son temps de préparation, isolée dans une pièce, Deirdre mit de côté le fait d'avoir dénoncé l'incube au Maréchal Arkay sans en avoir des résultats, de sa rencontre tumultueuse avec Caelian Blackmore. Pour l'honneur des Mercenaires, et celui d'Ethan, mais également prouver aux lycans ce dont elle est capable, la semi ange médita un petit instant en inspirant un grand coup. Elle ne put également s'empêcher de vérifier si ses trois lames étaient bien placées et prêtes à servir puis de vérifier sa capuche bien en place avant de pousser la porte.

    Les premières lueurs lui firent plisser les yeux, de mettre une main en guise de pare-soleil. S'il y a bien une chose que la jeune femme ne comprenait pas, c'était l'engouement du public. La semi fée haïssait par dessus tout se donner en spectacle mais elle n'avait cependant pas le choix. Un léger soupir de déception franchit ses lèvres.
    La mercenaire secoua légèrement la tête en avançant.

    Etant une partiellement une fée, et ayant grandi la moitié de sa vie dans une forêt, malgré le climat lourd, chaud et pesant, ce ne serait pas si ardu d'évoluer, marcher dans cette flore aux effluves inhabituelles. Arrivant presque à mi-parcours, Dei' entrevit une silhouette qui ne lui était pas si étrangère. Cette forme particulière, cette démarche, cette assurance. Cela ne pouvait être que la Championne d'Amaruak en question.

    Un plaisir de te rencontrer enfin Damoiselle Fendir, Championne de Maître Amaruak. dit-elle en inclinant légèrement le torse alors que la sans-vie n'était pas tout à fait devant elle.

    En se redressant, la capuche de la semi ange tomba, laissant apparaître ses longs cheveux bleus attachés à la va-vite.


    _________________

    Deirdre en préparation d'un duel, combat ou entrainement :
    Spoiler:




    Deirdre si jamais elle tombe amoureuse, ou si elle tient à quelqu'un passionnément :
    Spoiler:


    Tel que tu es, et, si tu as une once de bonté, je t'aiderais !
    avatar
    Outis Fendir
    ~ Champion d'Amaruak ~

    Messages : 27
    Points RP : 43
    Date d'inscription : 06/04/2012

    Re: Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Message  Outis Fendir le Ven 3 Mai - 5:44

    Il y a peu, j’étais en train de faire la morte quelque part. Bien planquée dans mon petit coin, à réfléchir. Sur tout, sur rien, sur l’existence, la non-vie…Amaruak avait enfin donné signe de vie, mais ce ne fut pas pour ma plus grande joie. Non. Je n’ai pas même ressentis un frétillement, par là, dans ce grand vide en moi. Enfaite, je dirais plutôt que ça m’a fait chier. Ouais. Je ne vais pas dire le contraire. Je n’aime pas les vulgarités, mais il faut appeler un os un os. Et le squelette, mon maître vénéré, m’annonce, bouche en cœur [pour ceux qui connaissent maître Amaruak, vous devinerez que c’est de l’ironie], que je vais devoir faire deux choses pour notre race. Représenter la liche pendant un duel et affronter un monstre dans le cirque avec un ou une coéquipière. Je n’ai pas tout compris, c’est vrai. Je n’ai pas tout écouté non plus. Le plus important, est que je devais me mettre un pied aux fesses, sortir de ma torpeur oisive et me rendre au palais que je désertais de plus en plus souvent. Il fallait que je m’entraine. Je le faisais assez régulièrement, au moins autant que ma flemme me le permettait.

    Si Amaruak entendait cela, je recevrais un blâme très probablement. Mais que dire…tant que je parviens à gérer les affaires du palais, les troupes et tout le reste, que Amaruak peu garder sa tête bien en place et que je puisse être présente lors de représentation, comme celle qui arrive, que dire ? Rien. Il n’y a rien à dire. Je fais tout au mieux et le fait que j’ai l’échec en horreur est parfait. Alors non, je ne me mets pas dans tous mes états si j’échoue, car si c’est le cas, je recommence. J’ai l’éternité pour bien faire les choses…autant dire que cela me laisse beaucoup de temps.
    Et c’est durement que je me suis entrainé. Avec mon arme, sans mon arme même. Car je prévoyais le coup où je me la faisais faucher. La casser ? C’est très peu probable. Poe regardait les entrainements de son œil torve. Il m’en veut probablement de ne pas le prendre avec moi. Mais il a le droit de se poser dans un coin et observer, c’est déjà bien. A un moment, je me suis entrainée avec les mains nouées dans le dos. Ce ne fut pas la chose la plus facile que j’eus faite depuis longtemps, mais sachant qu’il est si facile de se faire arracher un membre, il fallait que je sois capable de continuer l’affrontement en étant sévèrement handicapé. Et je m’en suis bien sortit…enfin…pas sans quelques égratignures, mais c’était largement suffisant.

    Et le jour est arrivé. J’ai passé la nuit à m’entrainer et m’entraine encore lorsque l’on vient m’annoncer l’arrivée de ma partenaire, Deirdre…j’ai entendu parler d’elle, mais je n’ai pas souvenir de l’avoir croisée…vous savez, moi et les prénoms…Je m’avance vers la grande porte et écoute, immobile, pareil à une statue. Poe est posé à côté de moi et lui non plus ne bouge pas. Il me fixe, sa tête pelée penchée sur le côté. Il sait qu’il n’aura rien le droit de faire, si ce n’est faire l’animal empaillé dans un coin. Même si je suis en danger, il ne devra pas intervenir. Il le sait et je sais qu’il obéira. Ne voyez pas là une réelle forme de docilité…Poe ne connait pas l’empathie, tout simplement.

    Les portes s’ouvrent. Le décor est égal à ce que je m’attendais de la part de mes congénères. Dérangeant à souhait, pour le commun des mortels. Il y a les murmures de la foule, les odeurs de sueurs, d’urine, de mort qui se mêle m’arrivent aux narines. Mais mes yeux morts se contentent de se poser sur la silhouette en face, au loin…et j’avance, Poe attendant que je sois plusieurs mètres devant pour s’envoler et aller se poser en hauteur. Tout le long de ce spectacle que tant semblent attendre impatiemment, il me fixera. Je ne suis vêtu que d’une sorte de tunique, comme toujours. Mais cette fois, elle est ornée de dessins complexes. Je tiens ma lance d’une main, l’autre pend le long de mon corps et je tapote ma cuisse en avançant, droite. Je traine la patte. Je le fais souvent. Pour les duels, c’est surtout pour endormir la vigilance de monn adversaire, qu’il pense avoir à faire à l’idée préconçue que l’on a de ceux de ma race. A savoir, que nous sommes de simple pantin sans vie et sans volonté. Je la vois s’incliner, se relever et ne peut m’empêcher de ricaner. Grincement de gorge…

    -Deirdre c’est ça ? Appelez-moi Outis. Je n’ai plus rien d’une damoiselle…

    Elle savait que j’étais la championne d’Amaruak…je ne savais plus quel lien elle pouvait bien avoir avec le maître liche…
    avatar
    Maitre du Jeu

    Messages : 276
    Points RP : 100356
    Date d'inscription : 13/03/2010

    Re: Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Message  Maitre du Jeu le Lun 6 Mai - 5:45

    Les deux disciples d'Amaruak se faisaient désormais face. Parfois, c'était à se demander si les paires de combattants participant à la chasse étaient vraiment tirées au hasard... à moins que leur rencontre ne fut inscrite sur la grande tapisserie du Destin, il y avait de cela bien longtemps. Quoi qu'il en fut, le temps qui leur était accordé ne prêtait pas vraiment aux discussions mondaines, ni même à un quelconque bavardage frivole. Après tout, les deux donzelles se retrouvaient au milieu d'une arène, au centre d'un grand terrain de chasse. Mais qui était réellement la proie, les deux championnes ou la créature qui ferait bientôt son apparition ?

    Au bout d'un moment, alors que les applaudissement s'étaient déjà tus depuis quelques instants, déjà, le bruit des mécanismes du Colisée raisonnaient dans le bâtiment. Quelques ombres raides se mirent à danser sur le Cirque. Outis et Deirdre pouvaient lever la tête, pour voir d'où venait ce changement : Une large grille était en train d'obstruer le trou que le sol de l'Arène avait dévoilé. Ainsi, la luminosité continuait sa descente vers la zone artificiellement boisée, empêchant l'éventuel animal de se sauver en direction du publique. Se pouvait il qu'elles aient affaire à une bête volante ? La protection déployée à l'attention des spectateur était devenue immobile, bien en place, sans que les claquements du métal contre la roche ne cessent. Une autre grille, ailleurs, continuait son mouvements. L'écho qu'elle produisait laissait même à penser qu'une grille seule n'était pas suffisante pour dégager autant de bruit. Après quelques secondes supplémentaires de silence, les herses retombèrent brutalement, raisonnant dans la caverne, avant que cette dernière ne retombe dans le silence.

    Quelle que fut la créature, ou les créatures, que la non-vivante et l'hybride avaient à affronter, elle se déplaçait discrètement. Le temps s'écoulait lentement et les deux combattantes n'avaient toujours pas eu à essuyer la moindre attaque. Du coin de l'oeil, de par sa position surélevée, Deirdre put - ou crut - percevoir un mouvement entre les arbres... une longue forme étendue, à la peau luisante, sablonneuse... Quel qu'il fut, cet être tournait autour de ses proies, jaugeant, observant...
    avatar
    Deirdre
    ~ Main d'Argent ~

    Messages : 274
    Points RP : 256
    Date d'inscription : 04/10/2010
    Age : 38
    Localisation : Campement de la Guilde, voyons ! ;)

    Feuille de personnage
    Age :: 28
    Information Importante :: Commandant de la Guilde des Mercenaires d'Argent
    Côté Coeur: : Ah, ça existe ? Ca se recolle se truc ?

    Re: Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Message  Deirdre le Sam 11 Mai - 5:43

    La manière que la Championne du Seigneur Liche prend pour répondre à l'ange-fée, ne gêna pas cette dernière pour autant. Bien au contraire, elle s'y attendait.

    Ah enfin, la populace diminue sa vibration de bavardages et d'applaudissements. Ce qui n'est pas pour déplaire à la mercenaire. Mais étant donné qu'il y a du public, la sang mêlé s'attend aussi à un volume sonore ressemblant à un essaim de bourdons. Autant commencer dans le silence. Quoi ? Des bruits mécaniques ?! Ainsi donc tout est aménagé ! Soit, la semi fée fera comme si elle se trouvait sur son territoire tout en redoublant de vigilance. Un soucis en moins car les organisateurs avaient penser à la protection des êtres sans défense. La Commandante fit un signe discret à un des mercenaires, demi elfe, assis dans les tribunes pour rester vigilant malgré tout.
    Néanmoins, les herses tombant d'un coup, gênaient l'hybride l'espace d'un instant.

    La disciple secrète d'Amaruak commença à avancer avec lenteur vers la lumière, main droite dans le dos, par mesure de sécurité. Ecarquillement des yeux, tête légèrement secouée. puis tournée vers sa comparse du moment pour vois si comme elle, elle avait vu une ombre se faufiler. La semi ange se mit dos à dos à la morte-vivante avec une distance environ d'un mètre trente. Au final, se n'est pas sa dague angélique qu'elle s'apprêtait à dégainer, mais "Charybde et Scylla", ses deux wakizashis, lames à nue contre ses ailes.

    Je suis prête Outis. murmura-t-elle ne donnant pas un ton d'ordre ou de soumission mais seulement d'avertissement.


    _________________

    Deirdre en préparation d'un duel, combat ou entrainement :
    Spoiler:




    Deirdre si jamais elle tombe amoureuse, ou si elle tient à quelqu'un passionnément :
    Spoiler:


    Tel que tu es, et, si tu as une once de bonté, je t'aiderais !
    avatar
    Outis Fendir
    ~ Champion d'Amaruak ~

    Messages : 27
    Points RP : 43
    Date d'inscription : 06/04/2012

    Re: Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Message  Outis Fendir le Jeu 16 Mai - 11:08

    Je ne sais pas. Je hais les bruits que font tous ces vivants et morts mélangés. C’est désagréable. Un essaim de frelons aurait probablement émis le même bruit. Mais je ne suis pas là pour râler, mais pour représenter ma race. Je fais le boulot en tant que championne dans les duels qui suivront, certes, mais pour le coup, il faut tout de même que je prouve ce dont nous autre, les mort-vivant, créature plus dérangeante qu’affriolante, valons réellement.

    -Mmm…

    Perplexe. J’émis un raclement de gorge, quelque chose de profond, qui me servait à communiquer avec Poe. Cet amas de chaire en décomposition et de reste de plumage nous regardait de son poste. Il avait l’air de toisé mollement, mais avec cet air presque hautain que sa laideur ne devrait pas lui permettre, la plèbe fourmillant dans les gradins. Plèbe. J’utilise ce mot alors que je n’ai rien…contre ces personnes. Rien de concret en tout cas. Je les trouve même très intéressant…enfin..soit. Je le regarde qui tourne la tête vers moi et comprends, à son claquement de bec, qu’il y a quelque chose. Il s’envole et fait le tour, haut perché, avant de se reposer sur son perchoir. Il m’aide ainsi, car je ne sollicite pas sa présence pour autre chose que l’observation. Il est les sens que je n’ai pas. Cette histoire sent mauvais. Et je dirais même plus. Sachant que ce ne peut être moi…c’est que le monstre qui nous tourne autour est quelque chose de dangereux…très…dangereux.

    -Je le suis toujours…

    Ce qui est faux…et vrai à la fois. Dans un souffle, je m’excuse de ce que je vais faire, mais je n’ai pas le choix. Nous ne devons, à aucun moment, nous mettre en mouvement. Pas tant que nous ne savons pas ce qu’est cette chose. Sa taille…de quoi il est fait. S’ils se sont bornés à utiliser des monstres que l’on trouve par ici, dans le désert, c’est couru d’avance pour moi. Même si je ne me repose jamais sur le fait de connaître un lieu, une créature, je sais que ce sera plus simple que s’ils nous ont balancés quelque chose qui vient d’un quelque part que je n’ai pas eu la joie de connaitre.

    -Cela risque d’être…moche à entendre.

    Je chuchotais. Ne pas risquer de se faire entendre du truc que Poe surveillait de son œil torve. C’est avec lenteur, une lenteur calculée cette fois et non plus feinte pour laisser croire à mon côté vieille carcasse rouillée, que je porte mon petit doigt de la main gauche, car je suis droitière, à mes lèvres. Je le glisse entre mes lèvres, le passe entre mes dents et du bout de celle-ci, je teste la consistance de la peau, cherche l’endroit où la première phalange fait une sorte de creux, permettant de plier ce doigt. Puis, d’un coup sec, je le sectionne. Ce n’est pas facile et je dois m’y prendre à plusieurs fois. –Crac-Crac-Crac.. Enfin, je recrache une particule d’os, garde le petit doigt au creux de ma main.

    -Il va falloir se préparer…je vais lancer ceci. De la viande…si la créature n’est pas fane de la viande froide, j’espère qu’elle sortira au moins en se croyant en danger…autrement. J’aurais perdu un petit doigt pour rien…et aurai dégouter une grande partie des personnes présentes pour…le plaisir.

    Une fois que je suis rassurée sur le fait que ma comparse est sur ses gardes, je prends de l’élan et lance mon petit doigt de toutes mes forces dans une direction. Je suis prête à recommencer si je perçois un mouvement, mais qu’il n’y a pas de réaction.
    avatar
    Maitre du Jeu

    Messages : 276
    Points RP : 100356
    Date d'inscription : 13/03/2010

    Re: Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Message  Maitre du Jeu le Lun 20 Mai - 2:15

    Le temps commençait à s'écouler et la créature en question ne semblait toujours pas décidée à se montrer. Profitant du couvert de la foret, elle se déplaçait d'arbres en arbres, comme pour se cacher. Mais, peu à peu, elle se rapprochait du centre du Cirque, prenant bien soin de ne pas être aperçut. Pourtant, Deirdre et Outis parvenaient à suivre sa progression, preuve que l'animal ne semblait pas des plus habiles lorsqu'il s'agissait de rester discret. Plus inquiétant, par contre, il semblait que cet être n'était pas seul : plusieurs silhouettes mouvantes apparaissaient entre les arbres. A vrai dire, ces choses paraissaient innombrables, mais ce devait très certainement être une illusion crée par leur façon d'évoluer dans cette étrange foret... puis, finalement, l'un d'eux décida de se montrer.

    Apparaissant au seuil de la clairière, à l'ombre d'un des troncs massifs, cette chose avait un aspect des plus étrange. A premire vue, le monstre paraissait humanoïde, mesurant à peu près dans les deux mètres de haut. Mais à y regarder de plus près, elle n'avait rien d'humain : Ce qu'on pouvait prendre pour des bras n'étaient en fait que de longues membranes semblables à des ailes étroites. Son corps semblaient disposer d'un buste mince, mais sous le bassin, nul jambes n'étaient présentes. A la place, il y avait une sorte de longue poche ovale, dont l'arrière s'ouvrait en forme de longs fils de chair flottants. Sa tête, munie de eux grands yeux lisses et unis, était pourvue d'une courte trompe pendant à l'avant, tandis que du côté opposé, un long tentacule faisait office de chevelure. A vrai dire, on pouvait supposer quel était l'avant de l'arrière, à la manière dont la chose se tournait vers ses adversaires... mais vu sa morphologie, il était bien compliqué de déterminer le côté pile du côté face.

    Les deux chasseresse faisaient face à un Flyon.

    Après un moment de flottement, la créature tendit un de ses longs "bras" en direction des demoiselles, paume vers le haut. De longues griffes affutées apparurent alors, à l'endroit où devait se situer la main. Il leur faisait un geste lent, comme pour leur signifier d'approcher. Et, tandis qu'il effectuait ce geste, les traits de chair et le bout de son tentacules se mirent à luire d'une lueur blanche et diffuse, qui illuminait son environnement proche avec une remarquable netteté.
    avatar
    Maitre du Jeu

    Messages : 276
    Points RP : 100356
    Date d'inscription : 13/03/2010

    Re: Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Message  Maitre du Jeu le Sam 25 Mai - 7:48

    Suite à l'absence de réponse de Deirdre qui a prévenue de difficultés sont tour est passé.

    ////////////

    Malgré l'approche calme et posée du Flyon et sa réputation d´être intelligent et pacifique ni l'une ni l'autre des chasseresses ne bougea. Les griffes de la créature imposaient en effet la prudence, son silence aussi.

    Grand bien en fit à Deirdre et Outis car le piège échoua alors. Derrière elles un bruit se fit entendre, assez ténu pour passer inaperçu si elle s'était laissées allée à baisser leur garde mais ce n'était pas le cas ici.
    Surgissant de nulle part une abomination les chargeait tout appendices dehors. Une créature de cauchemars, littéralement, sans début ni fin, sans sens, juste semblable à un songe fiévreux tournant à l'horreur et de la taille d'un demi-humain bien portant.

    Le Flyon disparut alors, pure illusion venu du gros oeil jaune de la chose. Diversion d'un monstre assez intelligent pour créer une image mentale d'une créature qu'il devait avoir vus auparavant.


    Dans les gradins un soupir de stupeur et d'effroi fit résonner l'intérieur du cirque. La créature grotesque inspirait la peur aux moins courageux et le malaise aux autres. Quelques nécromants pouvaient pour leur part y voir un chef-d’œuvre de magie noire et de suture de cadavres divers. Nagari offrait là un de ses chef d’œuvre pour la chasse au monstre, une manière comme une autre de prouver le talent des nécromants de la région et impressionner et dissuader les autres peuples invités.

    Et alors que le chose chargeait les deux femmes, on pouvait voir la phalange de la championne d'Amaruak ,jetée plus tôt, danser entre les mâchoires de la bête immonde qui fondait sur ses proies pour les heurter et jeter à terre afin de les écharper de ses trop nombreux appendices.


    Spoiler:

    Contenu sponsorisé

    Re: Disciples de la Mort [Deirdre / Outis]

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 13:33