Etheria World

Forum interdit aux personnes physiques de moins de 15 ans et déconseillé au personnes physiques n'aillant pas atteint la majorité légale.

Bienvenue dans un monde Heroic-Fantasy [Hentai/Yaoi/Yuri]
Forum interdit au moins de 16 ans


    Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Partagez
    avatar
    Maitre du Jeu

    Messages : 278
    Points RP : 100357
    Date d'inscription : 13/03/2010

    Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Maitre du Jeu le Jeu 2 Mai - 9:55

    Veritas et Ordin Shas entrent dans l'arène par deux portes opposées, guidées par les voix des Crânes de Vision, enchâssés dans les troncs des arbres, lugubres surveillants. Leurs voix enrouées résonnent comme une seule, intimant aux Chasseurs de s'avancer jusqu'au centre. Là, une fois arrivé dans la clairière, une lueur en forme de croix, vacillante, apparait. Elle grandit, s'élargit, jusqu'à englober tout le Cirque. En levant la tête, notre duo peut constater que c'est le plafond qui s'ouvre, dans un lourd claquement régulier, d'une chaîne qui subit la traction d'un puissant mécanisme. Une fois le grincement de la pierre frottée contre la pierre achevée, la lueur du soleil passe au travers d'une grande toile blanche, éclairant faiblement les lieux. Mais les torches, disposées en hauteur, canalisent une luminosité jaune et mouvante dans le Cirque.

    La foule crie, la foule hurle, la foule applaudit.
    Et, tout autour, la voix collective des crânes putréfiés murmure :


    - Préparez vous...

    -----

    HRP : Vous avez un poste chacun pour vous préparer. Ensuite, je répondrais pour annoncer l'arrivée des bêtes. N'oubliz pas que vous devez poster une fois toutes les 72 heures au minimum. Je répondrais à chaque fois que chacun d'entre vous aura posté une réponse, pour faire évoluer la situation. Bonne chance.
    avatar
    Ordin Shas

    Messages : 15
    Points RP : 35
    Date d'inscription : 25/04/2013

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Ordin Shas le Sam 4 Mai - 15:00


    texte

    Spoiler:


    Qui va à la chasse….

    Ordin ne prêta pas attention aux recommandations des magisters présents dans l’antichambre le gardant de son entrée en lice. Il se fit violence pour ne pas les frapper lorsque ceux-ci apposèrent leur magie sur son corps.

    Un mal nécessaire à supporter se dit-il, bien qu’il en ignora l’effet. Mais il n’était pas venu pour ouvrir des hostilités avec les morts vivants et il se contenta d’attendre que cette mascarade se termine, répondant aux questions des sorciers par de laconiques grognements.

    - Nous… en … avons … terminé… la… porte … commencera à …. s’ouvrir…. lorsque … nous nous…. serons …retirés. Luis souffla une vois desséchée, sans doute plus habituée à utiliser son esprit qu’à se servir de ses cordes vocales.
    - Grumph fût son écho.

    La nuisance des magiciens débarrassant le plancher, Ordin passa rapidement en revue son équipement et tâcha de pleinement se concentrer sur l’épreuve à venir.
    Il avait troqué son habituelle armure d’écailles contre un set en cuir de Bogo plus léger et moins sensible au foutu soleil de plomb qui minait la citée. Il se décomposait en plusieurs parties indépendantes lacées entre elles par des tendons: jupe courte à bande pour les hanches et le bassin, plastron pour la poitrine et l’abdomen, plaques latérales pour les côtés du corps. Seul le dos était fait d’une matière plus souple afin de ne pas gêner les mouvements de la colonne vertébrale.
    Son bras gauche était recouvert de la main à l’épaule par un long gant matelassé, il espérait ainsi encaisser un choc de croc et de griffes tout en frappant de sa main libre.

    Ses jambes et son bras droit étaient quasiment à nus et il ne portait pas de soulier : de simples bandages de tissus humides entouraient ses pieds, ses chevilles et son avant-bras non protégé. Il complétait le tout par un bandeau cerclant ses cheveux et une ceinture d’où pendaient un petit glaive, un propulseur et une gourde.
    Enfin, il tenait fermement un harpon auquel était attaché 30 bons pieds de corde lovée (ndt : un peu plus de 9 mètres) .

    Ordin craignais que la chaleur ne soit un obstacle majeur pour le port de quelque armure que ce soit, mais un de ses homme eu l’idée d’insérer des éclats de Slrhalim dans la doublure de son équipement et l’aura de froid dégagée par la glace du Hau’Shas rendait la température un peu plus supportable.

    - Un ersatz de confort imaginé par un nordique pensa-t-il à haute voix à mesure que la porte le séparant de son entrée en scène s’ouvrait dans un craquement évoquant le doux bruit d’un crâne de liche brisé. Quand j’y pense, ça aurait presque pu être inventé par un elfe, j’en aurais presque honte.

    Ignorant finalement cette soudaine envolée lyrique il mit enfin un pied dans le cirque…avant de marquer un temps d’arrêt.

    Une forêt ? Soupira-t-il. Décidément, l’esprit dérangé de ces magiciens le dépassaient et le craquement de la porte fit nouveau irruption dans son esprit
    .
    Chassant à nouveau ces pensées, il reprit sa marche et se dirigea résolument vers le centre de cet amalgame de branches et de mousse.

    Personne ? Se surprit-il en arrivant dans une petite clairière. Puis, levant les yeux, il s’aperçu que le plafond n’était pas encore complètement ouvert.
    Bien, ça me laisse quelques instants.

    Posant son harpon au sol il s’assit en tailleur, adossé à un arbre. Puis il décrocha la gourde attaché à sa ceinture avant d’en vider le contenu dans sa gorge.
    Il savoura avec délice le déluge de sensations qui l’envahi à mesure que le lys de la boisson rependait son pouvoir au travers de son corps. Il ressentait tout en même temps et dans les moindres détails, le contact de la mousse sous ses pieds, le frottement du cuir sur sa peau, l’étrange énergie dégagée par les crânes, la corruption de la nécromancie qui émanait du public, le mana des Shas présent dans les gradins ; et enfin celui d’une source toute proche de lui et présent en quantité respectable.

    Ha ! Se réjouit Ordin Il semble qu’une partie de mes prières aient été exaucées. On dirait que mon partenaire dégage une certaine force et qu’il s’agit d’un homme et non pas d’un elfe efféminé.


    Le battement de cœur suivant, les sensations prirent fin et le nordique se redressa plus confiant et plus fier que jamais.

    Et-bien mon garçon ?! Tonna-t-il d’une voix de stentor et agrippant son Harpon. Vas-tu donc te montrer ? Ou devrai-je annihiler seul les bêtes à venir et m’attribuer ainsi toute la gloire de cette prouesse!




    avatar
    Veritas

    Messages : 18
    Points RP : 44
    Date d'inscription : 26/10/2011

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Veritas le Mar 7 Mai - 0:39

    Dans le couloir qui menait à la caverne intérieure, un homme se tenait là, debout. Il avait croisé les quelques guérisseurs et nécromanciens chargés de le maintenir en vie en cas de coup dur. L'individu en question avait le corps totalement dissimulé par une longue cape de cuir, à la capuche rabattue sur ses épaules. Le visage de l'homme affichait de la détermination, ses traits fermés empêchaient toute lecture de son état d'esprit. Malgré l'ample vêtement qui le couvrait, cet homme avait quand même quelques détails qui trahissaient sa nature guerrière : En premier lieu, les pommeaux de deux lames dépassaient de ses épaules. Celui de gauche semblait fendu sur la longueur, comme si le manche de l'arme avait été constitué de deux pièces emboitées ensembles. La pierre de droite, d'un bleu azur, était enchâssée sur un manche métallique, clair et finement ciselé. Peu de personnes avaient pu voir ce type de décorations sur d'autres armes que celles des prétendus messagers divins... mais peu de personnes auraient été capable de faire le rapprochement. Autre détail, la main masculine dépassait des pans de la cape, refermée sur une bandoulière qui, elle même, permettait de garder un large sac sur l'épaule du bonhomme. Peu importait ce que ce gars là transportait, il devait s'agir de quelque chose d'assez lourd.

    Finalement, les mécanismes d'ouverture se mirent en route et la grille qui le séparait encore du Cirque se mit à se soulever, lentement, laissant chaque seconde un peu plus d'espace pour passer. Quand finalement seul ses dents de métal dépassaient du plafond, le brun sortit son autre main de sa cape, pour frotter sa barbe fine et mal taillée de la paume de sa main. Puis, après une courte inspiration, il entra dans la place.

    A chacun de ses pas, l'individu tournait la tête à gauche, à droite... Son regard croisait celui d'un des crânes morts qui, muet, le suivait de ses yeux pourrissants. Si la présence des arbres aurait pu tromper un voyageur comme lui, ces têtes scrutatrices, elles, resituaient bien le tout. Ils étaient chez des morts vivants et il n'était pas exclus que les bêtes elles même ne fussent que des cadavres animés par magie. L'homme s'arrêta à mi chemin entre le passage qui lui avait permis d'entrer dans le cirque et son centre. Un peu de préparation n'avait jamais fait de mal à personne.

    -----

    De son côté, Ordin avait pu sentir la présence de son partenaire. L'usage de drogues bizarres, venant d'une terre bizarre, devait sans nul doute donner des capacités bizarres. Pourtant, cette présence perçue ne répondait pas à son salut, ni même à la provocation. Le Nordique prétendait venir à bout seul de cette épreuve ? Le silence de son interlocuteur invisible pouvait aisément être prit comme de la moquerie, ou une forme de consentement. Il parlait de gloire et de force mais, de son côté, l'autre restait dissimulé. On aurait pu croire que le bonhomme ne sortirait pas de sa cachette quand, finalement, il se montra au centre de la clairière. Le guerrier de Faranor put déceler un détail étrange dans son vis à vis : son sac. Pourquoi diable transporterait-on un si grand sac presque ? Avait il l'intention de ramener quelque souvenir sur les cadavres de ses proies ?

    Quoi qu'il en fut, l'individu semblait calme et déterminé, plongea sa main dans le conteneur de tissus, pour en extirper le dernier objet qu'il contenait encore. A première vue, ça ressemblait à une arbalète, mais la confection était étrange, comme si un réservoir permettant de contenir plusieurs carreaux avait été fixé dessus. Posant négligemment l'arme sur son épaule, l'homme se présenta enfin :


    - Enchanté, homme du Nord, on m'appelle Veritas. Je te déconseille de sortir de la clairière pour le moment, parce que j'ai posé quelques pièges tout autour. D'ailleurs... Il y eut du mouvement sous sa cape, des gestes amples faits à l'aide de son bras libre, comme si on déroulait une corde ou un filin. De fait, il accrocha le bout d'un câble mince à l'un de ses poignets, permettant à Ordin d'apercevoir brièvement un mécanisme complexe à cet endroit. Je vais grimper à cet arbre, là, pour le relier à l'autre, là bas. Je resterais en hauteur, pour profiter de mes armes de jet.

    Joyeux bonhomme... le tout lancé sans même un sourire amical. De toute évidence, ce type là, ce Veritas, était trop concentré à ce qu'il faisait pour être vraiment courtois. A peine eut il fait coucou à son camarade que, déjà, il grimpait dans l'arbre. Les pièges disposés tout autour de la clairière consistaient en quelques pièges à ours et quelques lances-épieux, activés via des filins reliés aux mécanismes.

    Veritas avait l'habitude de se préparer et, même sans savoir quel ennemi serait le leur, cette fois là ne faisait pas exception.
    avatar
    Maitre du Jeu

    Messages : 278
    Points RP : 100357
    Date d'inscription : 13/03/2010

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Maitre du Jeu le Ven 10 Mai - 12:08

    La foule retient son souffle quant elle aperçoit la bête qui sera lâchée. Malheureusement pour les concurrents le couvert des branchages et la vive lueur du ciel les empêche de parfaitement percevoir la bête. Tout au plus voient-ils une forme sombre qui se meut avec vivacité dans une cage.
    Puis c'est leur Ouïe qui les prévient de leur devenir : Un rugissement de haine couvre les clameurs des spectateurs. On entend à peine les mécanismes mis en branle pour lâcher le Monstre. Seul le claquement métallique du choc contre la cage signale que l'horreur est enfin libérée et vient de quitter sa prison.

    L'arène retentit alors des feulements de la chose. Elle court à la rencontre de ses ennemis qu'elle semble avoir déjà flairé. C'est sans délais qu'elle parvient en vue des concurrents...

    Haute de deux mètres mais longue d'au moins le double, les ponctuations de couleur rouge vif qui la parcourent semble démontrer le peu de cas qu'elle fait de sa discrétion. Reptilienne, élancée et dotée d'une mâchoire et de griffes dignes des plus mortels prédateurs tout montre en elle qu'elle ne chasse pas à l'affut mais attaque de front ses proies.

    C'est un magnifique spécimen de Traqueur Féroce qui vient de surgir face aux concurrents et qui leur montre les crocs en hurlant sa colère d'avoir été mis en cage et arraché à son territoire d'origine.

    Délaissant Véritas après lui avoir jeté un rapide coup d’œil il fonce sur Ordin, plus accessible car au sol à l'inverse de l’acrobate qui demeure dans son arbre. Rapide, la bête file comme le vent jusqu'à tirer sur l'un des câbles tendus par l'ingénieux poseur de pièges. La sentence est immédiate et une volée de pieux vient punir le Traqueur Féroce, même si la plupart ne font que lui passer dessous et que seul deux se fichent mollement dans les tendres chairs de son ventre, lui arrachant un cris de frustration tout en stoppant sa charge.

    À environ une dizaine de mètres du vieux Nordique la créature feule une promesse de vengeance et de mort, son sang gouttant au sol pour former une petite flaque allant graduellement...

    Spoiler:
    avatar
    Ordin Shas

    Messages : 15
    Points RP : 35
    Date d'inscription : 25/04/2013

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Ordin Shas le Lun 13 Mai - 10:51



    Texte
    Spoiler:
    Ordin jaugea son équipier sans piper mot, parler n’était pas nécessaire dans cette situation et ce Véritas semblait partager la même conception de la communication que le vieux grincheux de Faranor.

    Bonne allure, force respectable et une certaine assurance, j’aurais pu mal tomber. Pensa-t-il.

    « Kha’el ! » Lâcha le nordique dans un grognement ; il escomptait que l’homme fasse la déduction nécessaire : c’est ainsi que l’on appelait Ordin.

    Reprenons : pièges, lames à une main, armes à distance, donc assassin et ambidextre. En un mot mortel. Et l’idée s’imposa d’elle-même. Si je veux profiter de notre complémentarité, je vais devoir jouer l’appât.

    Un paramètre perturbait cependant le vieux guerrier et il se résumait en une phrase :

    Je te déconseille de sortir de la clairière pour le moment, parce que j'ai posé quelques pièges tout autour.

    Donc si c’est massif, je vais devoir me coltiner la ou les créatures en terrain découvert, sans avoir la possibilité d’utiliser le terrain pour entraver ses mouvements… ça promet.

    C’est sans doute à cet instant qu’il réalisa que le grondement des gradins s’était tu, et que le silence n’était brisé que par le grincement caractéristique d’une chaîne coulissant sur son treuil… Suivi d’un hurlement de rage et de bruits d’impacts sur les barreaux d’une cage…

    Donc… C’est massif…..

    Le temps n’était plus vraiment à la réflexion et Ordin rallia rapidement le centre de la clairière. Il y déposa son rouleau de corde, saisit son harpon de la main gauche avant de l’enchâsser dans le propulseur maintenu dans la main droite, puis le nordique tendit l’oreille.

    Un rugissement, un bruit sourd d’une porte dont les gonds cèdent, le craquement des racines cédant sous le lourd galop du monstre agrémenté par ses feulements d’impatiences ; la totalité du chaos créé par la bête renseignât plus que suffisamment le nordique quant à la direction de sa charge.

    Le vieux briscard mis le plus de distance possible entre le probable point d’arrivée du monstre dans la clairière et lui, laissant la corde se dérouler. Il arma ensuite son bras droit, ramenant le propulseur au-dessus de sa tête et attendit…
    …. Et il fut servi, c’est une masse qui évoquait à Ordin celle d’un croisement entre un draconide et un Karrek qui se présenta à une dizaine de mètre de lui, et elle avait faim.

    Que la créature déclenchât les pièges posés par Véritas ne surpris guère le nordique, il fut davantage étonné quand ceux-ci parvinrent à stopper sa charge et le guerrier su saisir sa chance : rater un tir de harpon sur une cible de 2 mètres sur 4 à 30 pieds de distance, c’est un peu comme se réveiller un matin avec un mal de crâne épouvantable et une chèvre en guise d’épouse : ça n’arrive que lorsque l’on est ivre mort.

    Le tir fut parfaitement exécuté et le trait barbelé se ficha profondément dans la pâte avant gauche du lézard, juste au-dessous du « coude », le privant ainsi de l’un de ses attributs offensifs tout en restreignant ses mouvements.
    Bien, Pensa l’ancien. Si le combat se poursuit jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus que la gueule pour attaquer, je pourrai sans doute parvenir à lui trancher la gorge ou lui loger mon glaive dans le crâne une fois ses crocs plantés dans mon bras protégé. Mais pour ça, il me faut me tirer de cette foutue clairière et m’aider du couvert des arbres si je veux rester en vie. Je ne pourrais pas tenir contre un tel monstre sur terrain découvert.

    L’échappatoire apparu au nordique comme une évidence ; il devait y avoir un endroit aux abords de la clairière ou la probabilité de tomber dans un piège était très faible : celui par lequel le monstre était arrivé.

    Eh bien, cela me semble clair Pensa le nordique en souriant d’un air carnassier. Un pari risqué mais ma seule échappatoire… Bah, cela amusera la galerie.

    Un claquement sec en provenance de l’arbre de Véritas suivi d’un autre cri de douleur de la bête fut le signal de sa charge. Elle prit appuis sur ses pattes arrière et se propulsa prestement.

    Ordin, anticipant le mouvement, se déplaça en direction du monstre en tendant son bras matelassé vers celui-ci, comme le ferait un dresseur pour leurrer un chien d’attaque, et se prépara à croiser la charge du lézard du côté de sa patte blessée.

    Le premier pas lui servi d’élan, puis, ramenant sa jambe d’appui au niveau de celle lancée il pesa de tout poids sur ses pieds joints et effectua un bond de coté au moment où le monstre lança sa gueule en avant, ses crocs passant à un souffle du bras gauche du nordique…..Alors que depuis un arbre perché, un autre claquement se fit entendre.


    avatar
    Veritas

    Messages : 18
    Points RP : 44
    Date d'inscription : 26/10/2011

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Veritas le Jeu 16 Mai - 11:00

    Le secret de la réussite, c'était la préparation. Observer, analyser, anticiper... il fallait pouvoir penser comme l'ennemi, pouvoir s'imprégner de sa façon d'être, afin de prévoir quel mouvement il ferait. Au final, peut importait que l'ennemi puisse vous chier des boules de feu à la figure ou bien qu'il sache voler, tant qu'on savait à quoi s'attendre, on pouvait s'en prémunir, on pouvait même espérer le retourner contre lui. Que ce fut un détail physiologique, psychologique, voire magique, tout pouvait revêtir un intérêt stratégique. Cette philosophie avait permis à Veritas, pourtant simple humain, de venir à bout de démons millénaires par le passé.
    Ici, la situation n'était pas différente.
    Le monstre auquel les deux combattant devraient faire face fut bientôt là et, à en juger par sa lenteur première, il s'agissait d'un prédateur puissant. Rien que sa taille soufflait l'évidence : une bestiole de deux mètres de haut avait forcément du muscle à revendre. Et le pire, dans cette situation, c'était que l'animal était plus long que haut, de la pointe de sa queue au sommet du museau. Mais Veritas avait déjà pu croiser ce genre de monstre, dans le Désert Noir. Territoire remplis de créatures toutes plus mortelles les unes que les autres, les dunes cendreuses de l'Empire Démoniaque n'étaient pas un endroit où il faisait bon vivre et, lors de sa traque de Veritas - premier du nom - l'humain avait du voyager jusqu'à la Cité Noire. Le soucis, c'était que cette créature n'avait pas de faiblesse particulière : il faudrait la rouer de coups et la truffer de carreaux. Mais peut être qu'on pouvait arriver à faciliter le travail.

    Pendant l'arrivée de la bestiole, le plus jeune des deux chasseurs présents dans le cirque avait commencé à préparer son arbalète avec un carreau-grappin, à l'arrière duquel il avait fixé son filin personnel. Mais, l'espace d'une seconde, il hésita. Ses projectiles utilisés pour fixer son câble aux parois étaient conçus de sorte que la pression de la pointe fasse sortir des pics sur les côtés. Rien de très étendu, bien sûr, mais le dispositif suffisait à supporter le poids d'un corps humain. Alors qu'il avait son arme de jet pointée en direction de l'arbre d'en face, le beau brun regarda la clairière. L'idée était risquée, mais... Prestement, le trappeur changea de cible, pour pointer son arbalète vers le Traqueur Féroce.

    Shlac.

    Le claquement sec retentit dans la clairière silencieuse, donnant le coup d'envoi. Ordin se mit lui même en mouvement au son du carreau lancé. Mais, chose innatendue, le trait métallique semblait d'une longueur infinie ! En réalité, c'était le câble relié au carreau qui donnait cette impression. A sa ceinture, Veritas sentait la bobine de ce filin se dérouler à une vitesse impressionnante, faisant tourner la manivelle de rembobinage dans le vide, dans un chuintement métallique continue. En moins d'une seconde, le monstre et le tireur se retrouvaient reliés l'un à l'autre par cette étrange corde d'acier tressé. Sans prendre le temps de souffler, ni d'observer la bonne santé de son camarade, l'ex-chevalier de Sirilia laissa sa main droite plonger vers son épaule, cherchant à atteindre la plus angélique de ses lames. De par la distance qui séparait la bête de l'homme, la bobine pouvait se dérouler encore, avant de bloquer. Mais, à terme, l'humain risquait de se faire trainer par le monstre. Ne perdant pas de temps, le trappeur dégaina, pour planter l'arme dans le tronc de son arbre. Il relâcha l'épée, puis donna un violent coup d'avant bras sur le pommeau... produisant un claquement métallique tout à fait anormal... de toute évidence, il cachait des protections sous ses manches. Mais ce n'était pas finit. Toujours empressé, Veritas attrapa le filin et, s'accordant un peu de mou, enroula le filin autour de l'arme, effectuant un 8 autour de la garde.

    Le but ? Avoir un grappin lui permettant de gêner les mouvements de la créature.
    D'un brusque mouvement du bras, Veritas accrocha la pince présente sous son poignet à la corde métallique, assurant une prise qui ne lui arracherait pas les paumes des mains. Posant un pied sur le tronc, puis le deuxième, il commença à tirer de toutes ses forces. Le câble n'était pas noué, juste passé autour de l'épée de sorte qu'elle ne coulisse que difficilement... une astuce de grimpeur, permettant d'atténuer un poids. Avec l'aide du tronc d'arbre, ainsi que la puissance de traction améliorée de ses bracelets, l'humain se préparait au choc, quand la bête n'aurait plus de mou.


    - J'essaie d'la bloquer ! Sous la gorge ! Le cuir y est plus fin !
    avatar
    Maitre du Jeu

    Messages : 278
    Points RP : 100357
    Date d'inscription : 13/03/2010

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Maitre du Jeu le Dim 19 Mai - 9:05

    Les deux hommes avaient de l'expérience, cela se voyait et faisait le bonheur du publique qui encourageait le duo si dépareillé et pourtant assortit.
    Le Traqueur Féroce, lui, en faisait les frais. Peu habitué à voir ses proies lui résister en faisant front il ne savait plus trop comment gérer sa traque. Les épieux dans son flanc lui faisait déjà mal mais le harpon du vieux sha,man ne fit que le conforter dans sa stupeur de petit animal prédateur malmené par ses proies. Blessé il hurla vers le vieil homme du Nord en dressant ses crêtes d'écailles rouges, signalant que comme la Nature l'a si bien indiqué : Ce qui est de couleur vive est dangereux.
    Mais ni Véritas ni qu'Ordin ne tenaient à accepter cet avertissement, d'autant qu'au lieu de le fuir le plus âgé des chasseurs allait droit vers le saurien. Sans se poser de questions le prédateur réagit comme un bon représentant de sa race et tomba dans le stratagème du Nordique qui put alors le passer et rejoindre l'orée des bois putrides sans avoir à batailler avec les griffes du monstre, frustré pour la peine.

    Frustration qui ne dura guère. Une vive douleur lui saisit le dos et la bête sentit comme un poids qui le retenait quelque peu. Veritas venait de pêcher à l'arbalète un beau spécimen de carnassier fou de douleur et de colère et si son carreaux barbelé tenait dans les chairs du monstre ce dernier prit le choix de ne pas en tenir compte pour le moment. Préférant se ruer vers le Nordique qui rejoignait le couvert relatif de la végétation morte alentour.

    Si tout cela semblait fort bien pensé et très bien ajusté pour deux hommes ne s'étant pas concertés c'était néanmoins insuffisant pour totalement réduire la bête au stade de lézard inoffensif. Rapide, trop sans doutes pour les humains qu'il affrontait, le Traqueur se mit en chasse du Nordique avant même que l'ex chevalier de Siliria n'eu finit de passer son filin afin d'assurer sa prise.

    Le résultat ?
    Avant même que Veritas ne se mette à tirer sur son habile dispositif qui pallierait, il le pensait, son absence de poulies le Traqueur bondissait toutes griffes postérieur en avant afin de retomber lourdement et de façon létale sur Ordin.
    Ce dernier n'eu la vie sauve que par un hasard monstrueux. Le fil reliant la bête au système de Véritas se tendit juste à temps pour retenir la mort de frapper l'aîné de l'arène. Trop court, le saut ne fit que laisser cinq sanglants sillons dû aux puissantes griffes postérieures dans le dos du vieil homme au lieu de mettre fin à a vie et le lézard retomba au sol au lieu de trôner sur le corps du shaman.
    Désormais retenu mais pas pour autant déstabilisé, le Traqueur se mit à tirer vers sa proie déjà touchée et tenta de lui ôter la vie de sa patte antérieure encore valide. Voyant que cela ne pouvait se faire il recula un peu, cherchant à soulager le mal qui lui vrillait les chairs au niveau du dos et semblait le retenir de dévorer le Nordique.

    Mis à mal mais pas à terre, le lézard alla vers Veritas tout en gardant Ordin à l’œil, s'arrêtant entre les deux, attendant patiemment de voir qui serait assez fou pour le charger le premier.
    avatar
    Veritas

    Messages : 18
    Points RP : 44
    Date d'inscription : 26/10/2011

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Veritas le Mer 22 Mai - 11:49

    Le plan de Veritas avait fonctionné ! L'espace d'un instant, le guerrier humain voyait son compagnon de chasse taillé en pièces par l'animal, victime de son hésitation, de son temps de réaction... Mais en définitive, les griffes du monstres ne firent qu'entailler l'épiderme nordique, sans s'enfoncer trop profondément. Tenant désormais le monstre en laisse - en quelque sorte - le champion du peuple lycan offrait un très net avantage à son coéquipier. Cet avantage, il le payait cependant par une mobilité nulle et une capacité offensive largement réduite : De loin, lui il ne pouvait frapper la bête et, malgré tout son talent, il lui était impossible d'utiliser son arbalète à répétition d'une seule main. Serait il condamné à rester spectateur de l'achèvement du Traqueur par Ordin ? Peut être. Sauf que l'hérétique avait encore quelques atouts dans sa manche... Littéralement.

    D'un geste vif, il passa la tête dans la bandoulière de son lanceur de carreaux, la laissant reposer le long de son flanc. Pour l'instant inutile, cette arme l'encombrait plus qu'autre chose. Sans relâcher le câble d'une main, un pied posé sur le tronc afin d'assurer la tension, il porta son bras à ses lèvres. Mordant dans le cuir de sa manche, le chasseur la retroussa, dévoilant tout son avant bras. Le bruit que son coup de poignet sur le pommeau de l'épée, il y avait quelques secondes, était déjà annonciateur de protections métalliques... mais ce qui fut dévoilé aux yeux du publique était bien plus étrange : Son avant bras était prisonnier entre deux pièces de métal, certes, mais ce n'était pas ce qu'il y avait de plus étrange. Sur le dessus, un petit dispositif ressemblant étrangement à une arbalète était enchâssé. De fait, les bracelets de Veritas étaient pourvus d'arbalètes de poignet. Ces modèles étaient plus petits et, donc, moins puissants que des arbalètes classiques, mais ils offraient à un combattant l'énorme avantage de disposer d'une arme de tir sans qu'aucune main ne soit occupée.

    Tendant son bras libre en direction de l'animal et profitant du fait que ce dernier semblait réfléchir à sa situation, Véritas ajustait calmement son tir. Mais la corde ne se détendit pas, le carreau resta en place sur l'arme. Qu'attendait il pour tirer ? Veritas attendait. Il savait que, même si un tir bien placé pouvait achever l'animal, sa posture actuelle l'empêchait de tirer un trait mortel. Non, il devrait se contenter de blesser la bestiole, de lui infliger une douleur suffisante pour le faire sursauter, reculer ou autre. Quand tirer ? C'était toute la question.

    Veritas attendait simplement qu'Ordin se décide à passer à l'offensive pour lui fournir un tir d'appui, espérant ainsi gêner suffisamment le monstre pour laisser une ouverture au nordique.
    avatar
    Ordin Shas

    Messages : 15
    Points RP : 35
    Date d'inscription : 25/04/2013

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Ordin Shas le Mer 22 Mai - 14:38


    Spoiler:
    Cela fonctionna. Le traqueur, emporté dans son élan, croisa le nordique non sans émettre un feulement de frustration… Suivi un instant plus tard par un cri se situant quelque part entre la douleur et la haine.

    Son stratagème ayant porté ses fruits, Ordin poussa ses membres inférieurs dans leurs retranchements, et tout en évitant les balayages de la queue du monstre, il sprinta en direction du couvert relatif des arbres, risquant un bref coup d’œil en arrière. C’est là qu’il aperçut le filin reliant le monstre à l’arbre ou se tenait Véritas et qu’il comprit ce que son partenaire préparait avant même que celui-ci ne l’en informe.

    « Fuite feinte, arbres rempart entre le bestiau et moi, câble tendu, charge stoppée, je reviens sur mes pas : j‘essaie de trouver une ouverture » L’équation était simple, l’affaire était entendue. Le tout était de savoir qui du molosse, du chaton et de la laisse aurait le dernier mot.

    Ordin était parfaitement conscient que ce qu’il entreprenait était risqué, que son plan était une de ces idées dont on ne sait pas si elles sont audacieuses ou folles. Il ne faudrait que quelques instants au monstre pour se retourner et combler son retard, ses foulées accomplissant en quelques dixièmes ce qu’un homme fait en quelques secondes. Et qu’au moment où le traqueur serait lancé, il vaudrait déjà mieux pour ses fesses qu’il soit déjà en train de virer sur la gauche entre ses deux arbres là-bas ! Afin d’esquiver une nouvelle charge !

    Oui se plan était risqué, mais le vieux nordique y croyait. En somme il ne manqua pas grand-chose pour que cela réussisse.. Juste une vingtaine d’année…

    Une ombre soudaine masquant la lumière du soleil, cinq sillons s’abreuvant du sang de Faranor, mille feux embrasant son dos ; furent pour Ordin un rappel aussi éloquent que son hurlement d’agonie : La cinquantaine était déjà derrière lui. La blessure n’était pas mortelle, mais quelle douleur !

    Mû par un simple réflexe de survie, le nordique se projeta au sol et roula sous le couvert de l’arbre le plus proche se protégeant le visage de ses mains : comme si cela pouvait changer grand-chose contre une telle créature.

    Heureusement pour le vieux guerrier, le coup final ne vint jamais.

    Il fallut de longues secondes à Ordin pour reprendre ses esprits, mais il comprit que le filin de Véritas venait de lui sauver la vie en voyant le lézard agiter sa patte valide à un peu plus d’un mètre de sa position.

    La première volonté du nordique à cet instant fut de dégainer son glaive et d’attaquer immédiatement la bête déstabilisée, mais malheureusement pour lui la douleur de sa blessure le tétanisa.

    Le traqueur, lui, finit par abandonner et par reculer ; sans doute pour soulager la douleur que lui infligeait le grappin planté dans son dos. Tout en gardant le nordique à l’œil, il se rapprochait lentement de la position de son allié d’infortune.

    « je vois, il va sans doute tenter quelque chose contre ce.. Véritas.. Il semble être une proie plus  accessible désormais» Pensa le vétéran «  ça va être à moi de te rendre la pareille mon garçon… mais comment ? ».

    « La corde ! » Dans sa chasse, le traqueur blessé avait emporté avec lui le harpon du vieux nordique. Le saut manqué et la tension brusque provoqué par le filin avait fait le reste : La corde était accessible à quelques longueurs de bras d’Ordin.

    Puisant dans ses réserves, le vétéran se releva péniblement, chassant la douleur qui parcourait son corps en se concentrant sur des sensations diverses : l’inconfort de la chaleur, les vivats de la foule ravie de voir le sang couler, le rythme de sa respiration se faisant régulier. Lorsque la douleur fut à peu près supportable il cria :

    « Fiston ! Je vais tâcher d’exécuter la même manœuvre que toi de mon côté en nouant la corde attachée à mon harpon à quelque chose de suffisamment robuste. Mais la corde est à une petite distance de ma position, ce monstre va donc surement me charger le temps que je la récupère. Assure toi que ton câble puisse supporter un nouvel à coup ! ».

    Quel que fut la réponse de son Allié, elle fut masquée par celle du troisième protagoniste de l’arène : le Lézard se retourna vers Ordin et sa gueule garnie de crocs émit un puissant sifflement comme pour mieux l’inviter à venir le défier.

    «  J’y vais à 3… 1… 2… 3 ! »

    Et le nordique bondit, Immédiatement suivi du traqueur. Mais encore une fois l’assaut de celui-ci fut stoppé par le câble du trappeur et son grappin lui lacéra à nouveau le dos, provoquant d’autres feulements de douleur et de frustration.

    Mais contrairement au premier assaut, les frappes de sa patte valide furent plus désordonnées… Comme si le monstre ressentait une gêne supplémentaire à cet endroit précis… Et la raison en surpris tant le vieux nordique qu’il faillit en lâcher sa précieuse corde.. Un fin projectile dépassait en effet des chairs du monstre, un projectile ressemblant à un carreau d’arbalète, mais en plus petit.

    « Impressionnant ! » souffla le vétéran en ayant une brève pensée à la potion qu’il avait bu juste avant le combat : « Mana ne ment jamais ».

    Le traqueur, lui se retira de la même manière que la première fois, mais en boitant cette fois.
    Ordin profita de ce répit pour mettre son plan à exécution, tirant petit à petit la corde jusqu’à lui, il se donna un « mou » d’environ 6 mètres, puis s’éloignant un peu de sa position tout en restant hors de portée du prédateur, il entoura une bonne partie du reste autour d’un tronc d’épaisseur moyenne et se servit du superflu pour piéger une de ses racines dans un nœud coulant.

    « Bien !, je vais essayer de l’attirer vers une zone ou ton câble et ma corde pourront se retrouver tendus ensemble ! » Cria le nordique, tant pour son équipier que pour focaliser l’attention du monstre sur lui. « Si tu pouvais également me ressortir le même tir que tu viens de réaliser, je t’avoue que cela serait un plus ! ».

    « Et ça m’assurerait pratiquement que son seul élément offensif restera sa gueule, et ça, c’est précisément ce que je cherche » conclu Ordin pour lui-même.

    Il se déplaça ensuite lentement, veillant bien à ce que le prédateur le suive du regard, et prenant garde à ne pas avoir de mauvaises surprises là où il mettait les pieds.

    « Bien, nous y voilà ! »
    fit le nordique en visualisant mentalement la scène qui devrait se produire. « La corde devrait subir la tension un peu avant le câble et donc absorber l’essentiel du choc et ne pas faire subir à Véritas des impacts aussi violents qu’auparavant. Il y a peu de risque qu’elle cède en elle-même, mais le harpon peut se briser, auxquels cas c’est le câble qui prendra le relais immédiat, il peut aussi s’arracher et emporter une partie de la pâte de ce foutu lézard avec lui auquel cas il suffira d’attendre qu’il ait perdu suffisamment de sang pour lui porter le coup de grâce. Dans tous les cas cette foutu bestiole sera déstabilisée et me fournira une ouverture pour la frapper ».


    ……..
    La respiration se rythme de manière régulière, le glaive est dégainé, le coude est levé à hauteur d’épaule et la lame suit une ligne parallèle au regard de son propriétaire. Le bras matelassé est tendu vers l’avant, le chasseur compte frapper du côté de la pâte harponnée du monstre. Son but, se faire mordre le bras amuré et enfoncer le glaive jusqu’à la garde dans la gorge ou l’œil de sa proie.
    « Véritas ! Si tu me permets, j’ose dire que le moment de vérité est venu ! »
    « Prêts ?! »

    Retenant son souffle, le chasseur se met à portée de charge de la bête.

    avatar
    Maitre du Jeu

    Messages : 278
    Points RP : 100357
    Date d'inscription : 13/03/2010

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Maitre du Jeu le Sam 25 Mai - 11:42

    La différence entre cette chasse et d'autre ? La prudence et l'expérience. La prise en compte des capacités de chacun et le désir d'en faire une synergie plutôt qu'un amas de compétences sans canalisation.

    La bête elle est fatiguée, blessée, nerveuse. Les points d'accroche sur son corps sont douloureux et restreigne de plus en plus ses mouvements ce qui le frustre et commence même à inquiéter son modeste cerveau reptilien.
    Quant la corde liée au harpon se tend le Traqueur geint. Finit les hurlement, il est acculé et il le sait. Il parvient tout de même à se redresser et prouver qu'il n'est pas finit, pas tout de suite. D'un claquement de dents il sectionne la corde que tient Ordin Shas puis se redresse de tout son long et hurle, une dernière fois, toutes crêtes écailleuses dressées.
    Un chasseur ne meurt pas sans lutter. Il est un chasseur, jamais un traqué, même si ces deux hommes l'ont poussé au bout de ses forces.

    Dans les tribunes le publique sent venir la fin du combat et les passions se déchirent. Les acclamations vantent autant les chasseurs que la proie. Ils veulent voir le point final de cette chasse, ils veulent l'apothéose de ce combat entre les Hommes et la Bête, entre la sauvagerie et l'évolution de pensée.

    Le Traqueur boite, lutte pour tenir droit et se prépare au dernier assaut. C'est l'hallali.
    avatar
    Ordin Shas

    Messages : 15
    Points RP : 35
    Date d'inscription : 25/04/2013

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Ordin Shas le Mer 29 Mai - 11:24


    Spoiler:
    Comme prévu la bête chargea Ordin, mais il s’avéra qu’un pan de la corde fut piégé dans un enchevêtrement de racines.

    Le résultat ?

    La corde se tendit un peu vite aux yeux du vieux nordique, lequel se mordit la lèvre inférieure : reflexe typique d’une petite frustration. Visiblement un plan ne se déroule jamais sans accroc, et si le câble prendrait de toute façon le relai, il serait soumis à davantage d’effort que dans les calculs du nordique.

    Mais pour l’adversaire du vétéran, la douleur infligée par le harpon lorsque la corde se tendit fut la goutte d’eau qui la fit plonger dans le désespoir.

    Cependant si le monstre se savait à cet instant acculé, il ne se rendrait pas. Ce redressant péniblement, il hurla.
    Pour un spectateur lambda, ce hurlement n’était sans doute rien de plus que le cri naturel d’une bête sauvage, mais pour le Shas, il dégageait quelque chose de plus…. majestueux :

    C’était la corne soufflé d’Ulfarc Rhûs, feu le premier chef de clan d’Ordin lors de son dernier carré contre les draconides, c’était l’arrière garde des Shas riant aux éclats en attendant la faucheuse lors d’un raid manqué sur Port Ival, c’était le cri de guerre d’un honorable guerrier se sachant au portes de la mort mais désireux d’affronter la vie dans un ultime baroud d’honneur.

    Aucun nordique digne de ce nom n’aurait pu nier la volonté de cette bête. Et si l’issue de ce combat n’était pas encore tout à fait décidée, le trépas futur de l’un de ses protagonistes devait être célébré.

    Sans jamais quitter le regard du traqueur, Ordin modifia la position de son glaive jusqu’à le tenir droit comme un i, puis il commença à bouger le poignet d’avant en arrière, suivant un rythme régulier.

    Une sensation de brulure provenant de son bras rougi le fit d’ailleurs sourire : visiblement le soleil aussi ne l’avait pas oublié.
    Au bout de quelques instants, un son suivant le rythme battu par le nordique provint de différents endroits des gradins : des Shas dispersés parmi la foule s’était redressés et frappaient leurs poitrines avec énergie. Puis ce fut un, puis deux, puis dix puis des dizaines et des centaines de spectateurs qui les imitèrent, transformant les gradins en un véritable orage assourdissant.
    ………………………………………….

    Le chasseur frissonne, le moment est solennel, lui et la bête sont désormais liés ; ils savent que l’échange qui va suivre sera le dernier, qu’il est temps de déterminer qui du croc ou de la lame disposera du Mana du vaincu.

    Le nordique ramène son glaive dans sa position initiale et recule légèrement, son talon écrase une branche morte et produit un son sec ; le traqueur féroce s’élance, l’épilogue peut commencer.

    Le bras protégé devient alors le ver qui attire la gueule du carnassier et celui-ci mort à l’hameçon.

    Douleur et sang abreuvent la mâchoire ! Et pour cause, celle-ci est puissante : des crocs tranchants comme des rasoirs s’enfoncent dans le cuir molletonné comme dans un vulgaire quartier de viande, atteignant la peau.

    En son for, le nordique pense alors que sans la protection son bras aurait fini déchiqueté. Mais qu’importe, il est satisfait.

    Si dans cet échange le premier sang est pour le monstre, l’avantage va au chasseur : l’ouverture est faite, le glaive peut être planté.

    Si dans cet échange le premier sang est pour le monstre, c’est surtout le dernier sang versé qui compte.

    La patte harponnée bouge… Le mouvement est plutôt vif… Le chasseur réalise alors que le monstre met vraiment ses dernières forces dans la bataille et que malgré son expérience il vient de se faire avoir…

    La parade du vétéran alarmé est maladroite, mais le glaive détourne suffisamment la patte pour éviter à son visage de finir arraché, il n’en est quitte que pour la moitié d’une oreille et une bonne partie de son cuir chevelu.

    Le problème ? C’est qu’entre l’attaque soudaine, la parade maladroite et la douleur fulgurante, son arme choit.

    Il semble que le dernier mot soit finalement pour le monstre….

    Celui-ci n’est d’ailleurs pas en reste, sa gueule pivote, l’épaule de sa proie se démet.

    Avec l’énergie du désespoir, le nordique frappe la gueule de sa main nue…. Futile ?

    Sauf quand celle-ci rencontre quelque chose de gélatineux au lieu d’une écaille ; quelque chose de gélatineux comme… un œil…

    Le monstre hurle, libérant le bras meurtri de sa proie.

    Celle-ci laisse tomber l’organe de vision qu’elle tient dans la main valide et se jette sur son arme, évitant dans la manœuvre un coup de croc vengeur.

    Le monstre se reprend, tout comme le chasseur.

    La gueule ouverte fuse, le glaive aussi.


    avatar
    Veritas

    Messages : 18
    Points RP : 44
    Date d'inscription : 26/10/2011

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Veritas le Dim 2 Juin - 5:08

    Heureusement pour Ordin, Veritas disposait d'une deuxième arbalète de poignet, ainsi que d'un deuxième carreau à planter dans le flanc de la bête. Il pouvait donc lui fournir le même appui que précédemment. Sa position, cependant, atténuait encore sa visée en se servant de son second bras, mais le but était juste de percer la peau du monstre et nullement de lui infliger une blessure critique... et l'humain était suffisamment bon viseur pour cela. Fournissant ainsi un appui à son camarade dans sa prochaine manœuvre et le trappeur devait reconnaitre que, concernant les pièges et la stratégie, il n'était clairement pas tombé avec le pire des coéquipiers : Profitant du handicap déjà imposé par l'hérétique au Traqueur, le nordique avait su s'adapter pour restreindre encore davantage les mouvements de sa proie, à l'aide de son harpon et de sa corde. S'il réussissait sa manœuvre, le mercenaire savait que le combat ne serait plus très long et qu'il serait très probablement à sens unique. Et Ordin réussit.

    Du haut de son perchoir, Veritas se sentait quelque peu frustré. Bien sûr, il avait largement participé à la victoire qui se profilait, offrant suffisamment d'opportunités à son binôme, mais maintenant que cette dernière était à portée de main, l'envie de profiter un peu du feu des projecteurs, du regard de la foule le tiraillaient. Mais il était trop pragmatique pour succomber à pareille tentation et ne lâchait son câble à aucun moment. S'il le faisait, bloquant la bobine et comptait sur le fait qu'elle était attachée à sa ceinture pour pouvoir reprendre son arbalète à répétition en mains, afin de truffer le monstre de carreaux, il n'était pas dit que le monstre ne saurait pas le déstabiliser et le faire tomber ou, plus simplement, arracher la bobine de sa ceinture grâce à sa force. De même que s'il décrochait cette même bobine pour nouer le filin autour de l'épée angélique, rien ne prouvait que le Traqueur ne saurait utiliser sa puissance pour briser purement et simplement le mécanisme, se détachant. C'était d'autant plus vrai qu'une bête acculée se révélait souvent bien plus dangereuse qu'on ne s'y attendait... Non, décidément, le trappeur savait qu'il n'avait d'autre choix que de tenir sa corde de métal, afin d'être certain que la créature ne puisse se libérer d'un de ses liens.

    Calmement, il pliait et dépliait son bras libre, pendant que son camarade nordique se préparait à repasser à l'offensive. Ce mouvement activait un mécanisme de ses bracelets qui tendait peu à peu la corde de l'arbalète de poignet. Au bout de cinq mouvements consécutifs, le trappeur changea son câble de main, cherchant à sa ceinture une des multiples sacoches, en tirant un carreau, qu'il plaça à l'arme de jet. Enfin, rechangeant à nouveau le filin de main, ayant désormais son poignet armé libéré, il visa de nouveau, prêt à fournir au nordique un troisième tir d'appui. L'aider du mieux qu'il pouvait, d'où il était, c'était tout ce que pouvait faire Veritas.

    Le mercenaire humain attendit patiemment, une fois encore. Cette fois, il n'était plus question de tirer avant que le nordique fut sur l'ennemi : le grappin ainsi que le harpon étaient suffisant pour qu'un guerrier aussi talentueux que ce nordique puisse trouver une ouverture. Quand finalement le duel débuta, Veritas observait chaque mouvement, chaque attaque, chaque défense, chaque contre-attaque...

    Lorsque, finalement, le carreau fusa dans l'air, le Traqueur venait de perdre un oeil.
    Il venait de se ressaisir... et il ne devait y parvenir trop vite.
    avatar
    Maitre du Jeu

    Messages : 278
    Points RP : 100357
    Date d'inscription : 13/03/2010

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Maitre du Jeu le Jeu 6 Juin - 6:53

    Retenu, restreint, affaibli, blessé, épuisé et maintenant borgne.
    Tout son corps n'est que douleur, une douleur rendue douce par la brutale lassitude qui lui est tombée dessus comme une chape de plomb. Une lassitude qui le calme, le berce, l'anesthésie même. Elle se couple aux sang versé pour lui brouiller l'esprit et le faire sombrer dans une calme félicité. La foule se tait, il n'entend plus. Sa vision se trouble pour ce qu'il en reste, il ne sent et ne goute plus que son sang et celui du vieil homme qui le combat. Il va juste se coucher, là, et dormir.

    Il n'est qu'une bête sauvage après tout, il est fatigué, son instinct lui dit de répondre à ce besoin primaire et de dormir.

    Lentement le Traqueur s'affaisse, comme si le monde reposait sur lui et le forçait à s'abaisser et se coucher à terre...
    NON ! Une douleur aiguë le reveille et le sors de sa torpeur. La souffrance l'aiguillonne, le sort de son agonie, trop douce pour lui. Les herbivores ont peut-être le privilège de mourrir en abandonnant, pas lui.

    Mais il est à bout. Pourtant il fait face. Il recule devant Ordin, il se détourne et tente de fuir également l'endroit d'où Veritas tirait ses carreaux. Il tire sur ses liens mais n'y prend plus garde, trébuche, tombe, feule mollement puis tente de se redresser, claquant des mâchoires vers ses deux bourreaux.
    Pour le saurien il n'est plus question de lutte mais de tenter de survivre, il veut fuir ses tortionnaires, lécher ses plaies et peut-être y survivre loin d'ici pour revenir, afin de se venger.

    Les cris deviennent des râles apeurés quant le Traqueur tombe une nouvelle fois, épuisé et prit dans les câbles qui le retiennent ici. Les sifflement se font moins longs, moins hargneux alors qu'il n'expire plus sans cracher du sang.

    Il est déjà mort mais ne le comprend pas, il veut juste se redresser et fuir, ramper lui suffirait mais il ne peut pas.

    Plus haut la foule réclame la mise à mort, quelques uns hues le Monstre, mais pas sans risque pour ceux se tenant près des Shas qui ne laissent pas la plèbe se moquer de l'animal exténué qui ne fait que continuer de lutter, plus pour vaincre mais pour simplement survivre.
    avatar
    Ordin Shas

    Messages : 15
    Points RP : 35
    Date d'inscription : 25/04/2013

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Ordin Shas le Jeu 13 Juin - 5:40

    Désolé pour le retard, voilà la suite.




    Spoiler:

    L’échange ne dura guère.  L’élan pris par la gueule de la bête fut brisé par un nouveau tir d’arbalète, et le nordique en profita pour frapper celle-ci au visage et à la gorge au moyen d’une série d’attaques aussi vives que brutales.
     
    Que la cause soit la douleur de ces nouvelles blessures, le sentiment de s’être frotté à plus fort que lui ou la sensation de son sang s’écoulant de la plaie mortelle ouverte dans son coup importa peu : la lueur qui c’était allumé jadis dans le regard du monstre avait disparue, son esprit combatif anéanti.
     
    Le traqueur était vaincu, c’était terminé.
     
    L’animal tenta bien de rompre et s’échapper, mais il ne fit que s’empêtrer dans le câble liant Véritas au grappin vrillé dans ses chairs… avant de s’affaisser au pied d’un arbre, épuisé.
     
    Quant à Ordin?
     
    Le vieux guerrier n’avait pas poursuivi son avantage sur le monstre afin de l’achever, au contraire même, il reprenait péniblement son souffle.
     
    La montée d’adrénaline qui avait suivi la blessure de son bras gauche se dissipait maintenant que la victoire était acquise, et bien qu’il en ressente, ce n’est pas la satisfaction qui prédominait chez le vétéran à cet instant précis mais le soulagement.
    On avait beau être un guerrier expérimenté et maître de lui-même, on préférait terminer un combat en vie et en un seul morceau qu’entre quatre planche.
     
    On avait beau avoir beau avoir bien vécu, on n’était pas contre voir le soleil se lever un jour de plus.
     
    Ses jambes flageolant sous l’effort, ses blessures au visage et au bras le lançant fortement, Ordin se décida quand même à bouger, saisissant fermement son glaive au passage.
     
    Il fallait quand même administrer le coup de grâce, le repos du guerrier devrait attendre.
     
    Ses pas attirèrent cependant l’attention du monstre qui tenta à nouveau de se dégager et de s’enfuir.
     
    Ce fut un échec bien entendu, une de ses pattes se posant même sur un des pièges à loup du trappeur : ultime goutte d’eau d’un vase qui débordait déjà. Toutefois, dans ses mouvements mi paniqué mi d’agonie, sa queue frappa le torse du vieil homme, l’envoyant au sol.
     
    Le nordique fit appel à toute sa volonté pour ne pas hurler de douleur lorsque son épaule démise s’écrasât contre les racines d’un arbre. Le constat se fit aussi violent que le choc : il était à bout de force lui aussi.
     
    S’adossant au tronc le plus proche, il se remit néanmoins sur ses jambes, orgueil de chef nordique : même épuisé il était important à un meneur de continuer à paraitre fort.
     
    « Véritas, mon garçon, si tu veux bien je crois que je vais te laisser l’honneur de prendre la vie de cette bête. Après tout ton travail de l’ombre se doit d’être récompensé à sa juste valeur, et tu as bien le droit de gouter un peu aux cris de la foule » Lança t’il sur un ton faussement désintéressé à son co-équipier.
     
    « De toute façon c’est terminé, je doute que la bête en ai encore à revendre, tu peux descendre de ton perchoir ». Conclu le nordique.
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    ……………………………………….
     
    Son regard vagabonde un peu en observant la foule, le chasseur savoure enfin sa victoire chèrement acquise. Il maintient son bras meurtri contre son corps et souris… un peu.
     
    Sa main libre essuie le sang et la sueur qui s’écoulent de son front et sa vision se brouille un peu, il sait qu’il ne tiendra plus très longtemps sans un bon hydromel et un bon matelas.
     
    « Il va sans doute falloir que tu m’aide à quitter cette arène Veritas, je doute que jambes me portent jusqu’à la sortie » Pense-t-il pour lui-même…
     
    Ou pas en fait : Il a pensé à voix haute et vient de s’en rendre compte. Le chasseur espère juste que son équipier n’a pas entendu : orgueil nordique.
     

    Contenu sponsorisé

    Re: Chasseurs Illuminés [Veritas / Ordin]

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 27 Juin - 20:04