Etheria World

Forum interdit aux personnes physiques de moins de 15 ans et déconseillé au personnes physiques n'aillant pas atteint la majorité légale.

Bienvenue dans un monde Heroic-Fantasy [Hentai/Yaoi/Yuri]
Forum interdit au moins de 16 ans


    Une mystérieuse école aux larges de la forêt elfique

    Partagez
    avatar
    Jed Oromas
    ~ Murmure damné de Gaïa ~

    Messages : 1506
    Points RP : 333
    Date d'inscription : 25/09/2010
    Localisation : Terres elfiques

    Feuille de personnage
    Age :: 118
    Information Importante :: Lié à la communauté de Gaïa des elfes sylvains
    Côté Coeur: : Marissa Ayane y réside

    Une mystérieuse école aux larges de la forêt elfique

    Message  Jed Oromas le Jeu 15 Déc - 9:20

    INDEX

    Chapitre I : Caemeth, forteresse des Brumes
    Chapitre II : Enseignements
    Chapitre III : Annexe, plans de la forteresse
    Remerciements

    Chapitre I : Caemeth, forteresse des Brumes

    Le bord Est des Mondes Connus. Un océan peu connu où les brumes sont omniprésentes. Un océan dont les multiples dangers sont dissimulés par ce brouillard persistant. Un océan qui enverra par le fond les navigateurs qui oseront souiller son écume immaculée. Aucun des marins ayant le courage _ ou la folie _ de braver la brume n'est revenus. Aucun des navires à s'y être risqués n'a vu son ancre plonger de nouveau dans les mers d'Etheria. Tous l'Océan brumeux les enlevaient. Tous sauf un.
    Le Draken, le Navire des Vents et des Vagues. Un trois mâts sans équipage qui fend les vagues, s'enfonce dans la brume et en déjoue les pièges, poussé par un vent qui n'existe pas. Un vaisseau, le Vaisseau, capable d'atteindre une île dissimulée au milieu du brouillard. Une île montagneuse qui abrite un imposant et pourtant peu connu monument. Caemeth, la forteresse des Brumes.


    Les robustes murailles de la forteresse des Brumes sont tellement vieilles que l'on les croirait sans âge, ou du moins aussi vieilles que le monde lui-même. Elles sont pourtant bien plus jeunes.
    La première pierre de Caemeth fut posée en l'an 3020 du calendrier étherien. Suite à la guerre qui opposa les elfes sombres au reste des occupants de la forêt, un soldat elfe quitta le domaine sylvestre et prit la mer avec un compagnon magicien et une nymphe à la recherche d'un lieu isolé où guérir leurs blessures physique et psychique. Après des semaines d'errance en mer, perdus dans un brouillard impénétrable, ils accostèrent finalement et par pur hasard sur une île désertique qui était miraculeusement épargnée par la brume. Ils y reconnurent un lieu tel qu'ils en cherchaient et s'y établirent.
    Les premières années Caemeth n'avait rien d'une forteresse. Ce n'est que plus tard que les prémices de ce qu'elle deviendrait furent établies.
    Environ quarante années après que les Trois Fondateurs eurent bâtis leur résidence sur l'île, un groupe de nymphes hybrides, condamné à l'exil, parvint sur l'île par accident, à l'image des Fondateurs. Les hybrides étaient alors très jeunes pour des personnes des leurs races et les Trois, voyant dans leur arrivée un signe du destin, les prirent sous leur ailes et entreprirent de leur enseigner ce qu'ils savaient.
    L'ancien soldat s'occupa en particulier de ceux qui lui semblaient avoir le plus de dispositions aux maniements des armes. Le magicien détecta une forte puissance magique chez certains des nouveaux arrivants et leur apprit à canaliser leur puissance. Quant à la nymphe, la plus savante des Trois, elle compléta l'enseignement des jeunes hybrides. Suite à une discussion avec le Mage, elle se mit aussi à enseigner l'art de l'Alchimie aux élèves de ce dernier.
    Les premiers Apprentis grandirent peu à peu sous l'égide de leurs professeurs. Au fil des années de nouveaux arrivants atteignirent l'île, des arrivants, hybrides ou non, provenant tous des forêts elfiques et furent à leur tour prient en charge par les Trois et par certains des anciens premiers Apprentis. Ce qui était initialement une simple maison pour trois se mua d'abord en petit château puis en une véritable forteresse munie d'un stade, de plusieurs salles de cours, de dortoirs, d'une immense bibliothèque et même d'un petit sanctuaire où tous les Dieux pouvaient être honorés dignement.
    A cette époque la forteresse de Caemeth n'était pas encore protégée par la magie qui l'entoure maintenant aussi sa réputation grandit-elle peu à peu, amenant avec elle de nouveaux moyens d'enseignements, de nouveaux professeurs et de nouveaux élèves en si grand nombres que tous ne purent rentrer. C'est peut-être ce qui marqua un tournant dans l'histoire de l'école...
    Il est des êtres en ce monde qui ne supporte pas le refus et qui cherchent à s'en venger. Peu importe le prix, peu importe les conséquences. Une personne en ayant les moyens déclara la guerre à la forteresse des Brumes. Les combats qui s'en suivirent furent sanglants. Dévastateurs. Cruels. Mortels. Inutiles. Et eût des conséquences désastreuses.
    De nombreux morts furent à déplorer, d'un côté comme de l'autre. Les soldats de l'armée et les élèves de l'école, des êtres de tout âge, tombèrent par dizaines, par centaines. Le combat dura une semaine entière et aurait pût continuer jusqu'à ce que l’une des deux parties cède, ou jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de combattants, si l'impensable ne s'était pas réalisé. Un coup vicieux de l'initiateur de la guerre transperça des chairs. Celles d'un des Trois. Le Soldat. Le Mage le rattrapa avant qu'il ne touche terre mais ne put le sauver. Son vieil ami qu'il avait toujours aimé bien plus qu'un ami, bien plus qu'un frère, mourut dans ses bras et son esprit chavira. Serrant le corps ensanglanté du Soldat sur son torse, le Mage se releva. Ses yeux perdirent toute couleur et ....
    Quand les choses redevinrent un peu plus claires, le Mage et le Soldat gisaient sur le sol, enlacés. A quelques pas, une expression de peur intense encore imprimé sur le visage, se trouvait la tête désormais sans support du Blanc-Sanglant, l'initiateur de cette guerre. Et étaient visible sur toute la surface de combat les corps inconscients des ennemis de la forteresse.
    La victoire de la guerre qui porta par la suite le nom de Tasahël Ni'n Rafïn, le Combat Inutile avait été acquise. Mais à quel prix ?
    Après la mort de ceux qu'elle considérait comme les êtres les plus précieux à son cœur, la Dernière Fondatrice ne trouva plus le courage d'enseigner. Aidée des apprenties et professeurs restant ainsi que de leurs anciens adversaires, elle rebâtie la forteresse des Brumes. Et quand la dernière pierre fut de nouveau en place, elle monta au point le plus haut de l'île où reposaient ses anciens compagnons.
    Nul ne sait ce qui advint d'elle par la suite. On raconte qu'elle serait toujours vivante et qu'elle errerait de par le monde, sans but, allant toujours plus loin et qu'elle continuera sa marche jusqu'à la fin des temps. Ce que l'on sait en revanche, c'est qu'à partir de ce jour, la localisation exacte de Caemeth disparut à jamais de tous les esprits qui s'éloignaient de l'île. De même la forteresse fut peu à peu oubliée de presque tous et son existence ne fut plus relatée que dans quelques ouvrages anciens. C'est aussi à cette époque qu'apparu le Draken, désormais le seul moyen d'atteindre l'île pour les êtres qui savaient comment embarquer ou les personnes choisies pour se rendre à la forteresse.
    Depuis ce jour, seul une recherche active ou la décision d'un conseil spécial et non officiel peut permettre à une personne d'atteindre ou d'envoyer un élève sur l'île de Caemeth.



    Chapitre II : Enseignements

    Notions de base : la Voie de l'Acier et la Voie de l'Occulte

    L'enseignement de la forteresse des Brumes se divise en deux branches distinctes qui ne peuvent se mélanger, en hommage aux décisions des Trois Fondateurs.

    La Voie de l'Acier

    La Voie de l'Acier est la voie des guerriers, des combattants. Ceux qui sont désignés pour suivre cette Voie apprendront l'Art du Combat. Ils apprendront à utiliser tous les types d'armes et pourront se spécialiser dans les armes et techniques qui leur correspondent le mieux après une formation générale.
    Si la Voie de l'Acier est emprunte de violence, elle n'est pas la Voie de la Violence. Aussi les Maîtres de cette Voie enseigneront à leurs Alnirius les notions de Respect, Loyauté, Courage et le caractère sacré de la Vie.
    La Voie de l'Acier se défait ainsi de tout préjugé et tous peuvent l'emprunter. Du plus humble des paysans au plus arrogant des nobles, du plus grand des justiciers au plus maléfique des êtres vivants.

    La Voie de l'Occulte

    La Voie de l'Occulte est la Voie de la Magie. C'est une Voie impartiale qui aborde toute les formes de Magie, de la plus pure à la plus impie. Seul le sens moral et les préférences de ses Arpenteurs définiront ensuite quelles formes seront les leurs.
    La Voie de l'Occulte est aussi le Voie de l'Alchimie. L’Alchimie est réservée à ceux qui ont choisi ou ont été désigné pour parcourir cette Voie.
    Ainsi les Mages enseigneront à leurs Vil Narh'an les secrets des arts occultes et de la confection des philtres, potions et autres mixtures aux effets magiques.

    La Route du Savoir

    Si la Voie de l'Acier et la Voie de l'Occulte sont séparés, les Arpenteurs apprennent aussi certaines choses communes. Il leur est ainsi enseigné, en plus des Savoirs spécifiques à leur Voie, des connaissances communes.
    Ceux-ci sont divisés en deux branches : l'obligatoire et l'optionnelle.
    Histoire et Géographie d'Etheria, Survie, Astronomie élémentaire, Enseignements linguistiques et scriptographiques contemporains, Mathématiques, Anatomie et Biologie, Education physique et Méditation font partis de la branche obligatoire.
    Décryptage, Enseignement des langues « mortes » et Confection manuelles sont de la branche optionnelle.
    Les élèves disposent de surcroît de la Bibliothèque de Caemeth qui rassemble quantité de Savoirs. Seul les Archives leurs sont interdites d'accès avant la fin de leurs études. De même certains professeurs n'ont pas non plus l'autorisation d'accéder à cette partie recelant des secrets pouvant s'avérer des plus dangereux.



    Chapitre III : Annexes, plans de la forteresse
    Plans de la forteresse

    NB : Il existe de nombreux passages secrets dans l'ensemble de la forteresse des Brumes. Certains faciles à trouver, d'autres moins. Certains sont bouchés, scellés ou périlleux à parcourir. La plupart ne débouche que dans l'enceinte de la forteresse mais on raconte qu'il en existe des qui permettraient de passer sous les murailles. Bien que les professeurs et la plupart des élèves en connaissent quelques uns et que la salle des Archives contient des documents en montrant la plupart, pour des raisons évidentes je ne fus pas autorisé à les retranscrire ici. Les plans ci-joint ne représentent donc que la Caemeth « visible » et « connue ».
    De même les-dits plans, bien qu'exacts dans les positions, sont le fruit de ma propre main et ne sont aucunement à l'échelle.



    Remerciements

    A Mme Talshini, directrice/dirigeante de la forteresse, pour m'avoir permis de pénétrer sur l'île et d'écrire cet ouvrage
    A Mr Ti'ir, professeur d'histoire, pour les informations et précisions apportées
    A Mme « L » pour m'avoir permis de passer autant de temps dans la salle des archives et m'avoir aidé à trouver ce que je cherchais
    A Mr Helrine, professeur d'alchimie, pour m'avoir clairement démontré qu'il ne faut jamais mélanger imprudemment un liquide luminescent qui fait « pschiiit » à un liquide très odorant qui fait « foooouuuuusch » sous peine d'obtenir un effet des plus détonnant
    A Mr Haârk et Mlle Loupiât, professeurs de combat à mains nues et d'éducation sportive pour ma nouvelle collection de bleus, de cicatrices et de courbatures. Le souvenir de vos enseignements restera à jamais gravé dans ma peau.
    A Mrs Âltaloum, Inch'berdan, Tchin et à Mlles Sarcasia, Ringt'chyl et Roulio, professeurs de magie, pour les illuminations, les danses macabres, les euphories, mon autre collection de bleus et surtout pour m'avoir apprit qu'il ne faut jamais énerver un mage, même un tout petit peu et pour la bonne cause.
    A Mlle Syphilya, infirmière et guérisseuse, pour s'être si bien occupée de moi après le traitement infligé par les professeurs ci-dessus et pour cette nu... Merci pour les soins, tout simplement.
    Aux élèves de Caemeth pour leur accueil (à quelques exceptions près) et pour les mille et unes informations et anecdotes que je n'ai malheureusement pas pût mettre ici. Désolé, mais je teins encore à la vie.
    Et enfin merci à tous ceux que je n'ai pas encore cité, par manque de temps, de place ou de mémoire.

    Merci à tous.

    Anaël Tshadör, chroniqueur officieux d'Etheria et scribouilleur cinglé.

    Rédigé par Zorro Wolfen

      La date/heure actuelle est Jeu 22 Juin - 21:39