Etheria World

Forum interdit aux personnes physiques de moins de 15 ans et déconseillé au personnes physiques n'aillant pas atteint la majorité légale.

Bienvenue dans un monde Heroic-Fantasy [Hentai/Yaoi/Yuri]
Forum interdit au moins de 16 ans


    Vixanerius Gal'seran, Gan de tribu

    Partagez
    avatar
    Vixanerius Gal'Seran
    ~ Gan de la tribu des Gal'Seran ~

    Messages : 40
    Points RP : 63
    Date d'inscription : 07/11/2010
    Localisation : Pics gelés

    Feuille de personnage
    Age :: 41 ans
    Information Importante :: Un monstre sommeille en lui
    Côté Coeur: : Veuf

    Vixanerius Gal'seran, Gan de tribu

    Message  Vixanerius Gal'Seran le Dim 7 Nov - 8:14

    ◙ Votre Personnage ◙

    Nom:Gal’seran

    Prénom: Vixanerius

    Surnom : Var (surnom respectueux, souvent suivi du titre "seigneur" ), Vix (diminutif familier)

    Âge: 41 ans

    Race: Draconide

    Localisation: Faranor

    Métier/Grade/Statut social: Gan (Polymorphe : Guivre des glaces)

    Orientation Sexuelle: Hétérosexuel

    Description Physique et vestimentaire: Digne représentant guerrier de sa race, Var est un reptile anthropomorphe à la musculature puissante, de deux mètres dix pour un poids de cent quarante cinq kilogrammes. La majeur partie de ses écailles sont bleu argentés à l’exception de celle de son ventre, de son poitrail et d’un grande partie de son visage dont la couleur s’approche plutôt du beige. Ses écailles particulièrement résistantes et étroitement enchevêtrés lui offre une résistance légèrement supérieure à celle d’une armure de cuir bouilli. En addition de ce corps d’écailles, des pointes d’os ornent sa colonne vertébrale, l’articulation de ses coudes et ses épaules. Deux cornes du même acabit flattent son crâne reptilien et font sa fierté de Gan. Son visage d’ailleurs fait énormément penser à celui d’un dragon, fin et puissant, dépourvu de lèvres et décoré de deux protubérance membraneuse de chaque coté de ses joues. Ses mains à cinq doigts sont armées de griffes exagérément longue, l’handicapant grandement dans le maniement des armes mais ne le privant cependant pas d’une certaine habileté à se saisir d’objet de petite taille ou aux formes adaptés. Ses jambes, solidement sculptées se terminent par de larges pattes armées de trois grosse griffes à la forme adaptée à sa posture bipède, faisant de lui un coureur d’exception surpassant aisément n’importe qu’elle humanoïde ou membre de sa race. Pour finir il dispose d’une queue aussi longue que son corps et effilé comme un fouet qui lui sert autant comme arme que comme balancier quand il court ou saute.

    D’un point de vue vestimentaire, les draconides ne sont pas soumis au même code que les autres races et ne ressentent pas le besoin de porter des vêtements, Var use tout de même d’un pagne ouvert sur l’arrière afin de cacher sa virilité qu’il n’accepte de dévoiler qu’a ses pondeuses. Son torse est ses avant bras, sont marqué par de nombreuses gravure de guerre, symbole des faits d’armes du Gan, ainsi que de multiples cicatrices dont la plupart prennent la forme de large morsures.

    Description mentale: La loyauté et l’humilité sont les maitres mots de ce chef de tribu qui à su tirer les leçons de ses erreurs de jeunesse. Son seul vice et motif d’irresponsabilité étant son irrépressible soif de puissance. Concernant son comportement, celui-ci change grandement selon ses interlocuteurs : Paternel et profondément protecteur avec les membres fidèle au Kahgan de son peuple, il se montrera impitoyable envers tous ceux qui menaceront ses protégés, les pourchassant jusqu’au bout d’Etheria si cela s’avèrent nécessaire. Dans des circonstances plus pacifiques il tente d’être plus conciliant, restant, malgré la certaine sagesse qui le caractérise et qu’il a su développer au-delà des normes de sa race, d’un orgueil et d’une fierté absolue, le poussant à toujours se montrer particulièrement acide et méprisant envers les étrangers. Cette attitude peut cependant être corrigée s’il est dans l’intérêt de la tribu de traiter certain dignitaire ou ennemi potentiel avec politesse et égalité.

    Étant très lunatique en raison de ses penchants pour le pouvoir, Var ne se fait pas d’amis facilement parmi les membres de sa race (Son mépris venant s’ajouter à cette difficulté avec un membre non draconide) mais si cela venait à se faire, il montrerait un visage particulièrement agréable et joueur, et surtout il ferait montre d’une loyauté sans faille dans la mesure où cela n’entre pas en conflit avec une part trop importante d’accession au pouvoir (il privilégierais l’amitié à toute opportunités, mais il se verrait contraint de la nier avec douleur si celle-ci s’avérait trop séduisante pour être ignoré).

    Concernant son attitude sur un champ de batailles, Var n’est pas véritablement ce qu’on pourrait appeler un meneur d’homme, il a acquis le respect de ses pairs en les traitant comme ses fils et ceux-ci le lui rende bien quand il doit faire preuve d’autorité, ceux qui se montrerait récalcitrant étant impitoyablement corrigé au retour : le manque de discipline étant considéré comme une faute grave pour le Gan (ayant vu trop de fois ce défaut causer la morts en temps de guerre). Var se trouve ainsi en général en première ligne, légèrement en retrait pour avoir une vision globale de l’action et repérer toutes situations dangereuses pour ses hommes au cours de la bataille. Son point d’honneur étant d’encaisser le moins de perte possible sans pour autant y sacrifier la victoire.


    Histoire: Les Gal’seran sont une famille très respectée parmi les tribus draconides, en effet les ainés de chaque génération sont depuis l’aube des temps, les meneurs de l’une des tribus les plus reconnus du continent glacé de Faranor ainsi que de grands guerriers : certains ayant même inscrit leur nom dans la légende de la race. L’arrière grand père de Vixanerius, Loiosh était d’ailleurs de ceux qui avait vu son nom immortalisé dans les contes des shamans. Le jeune draconide naquit donc avec la lourde tâche de se montrer digne de son héritage.

    Ce ne fut cependant pas un fardeau pour lui, tant il se révélait à la hauteur de ses ancêtres, de par ses qualités innées de combattant et sa grande facilité d’apprentissage des responsabilités liés à la gouvernance d’une tribu. On pu même dire que sa jeunesse fut tout ce qu’il y a de plus heureuse, tout lui étant acquis sur tous les plans ayant une quelconque importance dans la culture draconique. Il était adulé par tous, pu se marié dés l’âge de sa puberté avec la plus jolie femme de la tribu, se retrouva vite père de deux petites filles adorables et avait grandis en ayant toujours eu l’assurance de reprendre le flambeau de la gouvernance tribale le jour ou Loiosh devrait céder sa place.

    Toutes ces facilités pourrirent bien vite le jeune et fougueux draconide qui devint vite bouffi d’orgueil et développa un caractère particulièrement prétentieux. Cela ne se répercutait cependant pas sur son entourage et ses camarades de tribus qu’il traitait en égal (il se sentait cependant supérieur, il avait juste suffisamment de respect pour ne pas l’afficher ostensiblement) mais sur les individus des autres tribus, et plus encore sur les étrangers qui osaient parfois s’aventurer sur leur territoire, il se montrait avec eux d’une violence et d’un mépris absolu, le poussant à se montrer inutilement cruel. Cet état d’esprit aurait pu avoir un faible impact sur son existence si cela ne l’avait pas poussé à commettre une erreur aux conséquences terribles.

    Ils appartenaient à une tribu autonome et avaient tenté de piller les réserves de la tribu, Var et quelques écailles les avaient mis à découvert et les avait sauvagement punis pour leur impudence, tous furent sauvagement tués, tous sauf un que le futur Gan le laissa volontairement partir en riant aux éclats devant l’apparente faiblesse du fuyard. Désirant ardemment qu’il rentre chez lui en répétant à tous à quelle point le draconide qui l’avait laisser fuir était puissant. Il avait retenu les autres de le prendre en chasse, négligeant la menace que pouvait représenter le survivant. Il eut tort.

    Le draconide revint au sein de sa tribu et raconta à tous ce qu’il s’était passé, comment ses frères avaient été sauvagement massacrés sous les ordres d’un petit tyran, comment il avait lui-même été martyrisé sous les coups de griffes du monstrueux personnage qu’il dépeignait comme étant Vixanerius Gal’seran. Pour les membres de la tribu, la perte de leurs membres et le mauvais traitement dont avait été victime l’un des leurs ne pouvait pas rester impuni, ils allaient réparer l’affront dans le sang.

    Cela se passa un mois plus tard, le temps que le plan se mette en place. C’était le soir et après avoir passé sa journée à la chasse, Var revenait dans sa hutte, situé au sud ouest du campement, légèrement à l’écart en raison de son sentiment de supériorité qui le poussait à l’isolement par rapport à la masse. Il souleva la tenture, s’attendant à être accueillit avec chaleur par sa femme et ses deux filles, mais ce fut la pernicieuse magie d’un chaman qui le jeta à terre, entravant ses membres si puissant avec une facilité déconcertante. Ils étaient cinq à l’avoir attendu chez lui : un shaman et quatre morsures d’une tribu autonome, ils lui expliquèrent les raisons de leur présence ici, ils réclamaient justice et comptait bien l’appliquer selon leur règle.

    Incapable de bouger, Var allait devoir assister à la scène surréaliste que préparait son bourreau. Sa famille était maintenue captive par les bras puissants des guerriers, tandis que le shaman lui dédia un sourire dévoré par l’ivresse de la folie avant de se lancer dans une danse hypnotique et précise qui fit appel aux forces de la terre pour déclencher un brasier aux pieds des trois jeunes femmes. Leurs hurlements de terreur ne se firent pas attendre vinrent vriller les tympans de celui qui était leur père et mari.
    Il tenta bien de se débattre, de se libérer des chaînes qui le maintenait immobile, mais il n’était pas assez puissant pour briser le sort, il espéra de l’aide venu de l’extérieur mais il perçut aussitôt des bruit de combat, les cinq bourreaux n’étaient pas venu seul et c’était toute la tribu qui se faisait attaquer. Personne ne pourrait l’aider. Les morts seraient nombreux, et tout était de sa faute…
    Le fardeau de la culpabilité s’avera cependant bien faible en comparaison de ce que provoquait chez lui le spectacle imposé par ses juges : sa famille se faisait torturer sous ses yeux sans qu’il ne puisse rien faire pour l’empêcher, toute sa force, dont il s’était vu tant de fois chanter les louanges, n’était pas suffisante pour lui permettre de réaliser la seule chose au monde qui comptait vraiment : protéger ceux que l’on aime.
    Tourmenté au plus profonde de son âme, il passa lentement par tous les stades de la raison et de la douleur jusqu'à les dépasser pour ne laisser de place qu’a une rage brûlante.
    Une rage contre les monstres qui le forçait de regarder, mais bien plus forte encore, une rage contre lui-même flamboyait… se maudissant d’être si faible, de ne rien pouvoir faire, même pas de se boucher les oreilles. Il désira de la puissance pour tout arrêter, pour massacrer ses bourreaux, il désira mourir à l’instant, disparaitre pour ne plus avoir à supporter l’horreur… il fut exaucé. Quelque chose dans sa tête se détruisit et il sombra dans le néant le plus total.

    Ce qui se passa par la suite, il ne le sut jamais véritablement. Le shaman concentrait ses pouvoirs, s’attachant tout particulièrement à entraver le guerrier, le brasier n’ayant pas besoin d’être trop virulent tant il espérait la mort la plus lente possible pour les femmes, mais alors qu’il se délectait de son œuvre, il sentit sa magie s’effondrer, une force monstrueuse repoussait les forces telluriques de son art. Il fut contraint d’arracher son regard de l’agonie des trois femelles pour se tourner vers Var, et ce qu’il vit le pétrifia de terreur. Le draconide était en train de grandir de façon monstrueuse, son corps se déformait sous l’effet de la fureur jusqu'à devenir méconnaissable. Sous les yeux de tous, un serpent gigantesque se forma, d’une telle massivité que la tente fut éventré par sa simple présence. La créature était un être légendaire, une guivre des glaces, gigantesque reptile de 15 mètres de long, à la croisée entre un serpent et un ver. Tous furent ébahis par l’apparition, et plus encore quand elle déchaina sa colère. Les premiers à en subir le courroux furent le shaman et ses acolytes, le premier se fit dévoré d’une seule traite, les quatre écailles se faisant broyer les os d’un simple mouvement de l’énorme tête du monstre. Mais la bête n’avait pas fini d’apaiser sa haine, elle se jeta sur les intrus, massacrant tout ce qui se trouva sur son passage, tuant même les membres de sa propre tribus dans sa fureur incontrôlée.

    Le monstre finit malgré tout par s’enfuir, épargnant bon nombre de membre de sa tribu d’origine dont les pertes n’avaient au final été que des dommages collatéraux face à la puissance déchainée. Var ne reprit cependant pas le contrôle de son corps, il ne redevint pas lui-même, il était brisé et la soif de la bête était inextinguible. Personne ne fit le rapprochement entre la présence de la guivre et la disparition du jeune Gal’seran, dû moins ne soupçonnèrent la polymorphie, car chacun imagina que le brave guerrier avait tout bonnement été la première victime de la créature. Celle-ci rôda donc dans le nord, dévastant tout sur son passage et se fit rapidement une renommé parmi les guerriers du nord comme étant une cible de chasse de premier choix. Elle ne fut cependant jamais abattu, dévorant inlassablement quiconque osait se frotter à elle jusqu'à ce que finalement, après une année de massacre, un traqueur d’un genre particulier vint tenter sa chance : un draconide.

    Celui-ci avait entendu parler de la bête et de sa puissance qui tenait tête même au plus brave de leurs ennemis frontaliers, les humains, il désirait affirmer la supériorité de sa race en terrassant celle que ses ennemis n’avaient pas su vaincre. Il la traqua donc jusqu'à se trouver nez à nez avec elle.
    La partie qui se joua alors fut d’une troublante beauté : la puissance brute et implacable d’un monstre titanesque face à l’ingéniosité d’un humanoïde bien frêle en comparaison. L’équilibre des forces était cependant très inégal, et le malheureux fut frappé à mort par sa proie qui approchait déjà de sa chair, une mâchoire garnie de crocs et imbibé d’une haleine corrosive. Les yeux presque aveugles de la créature furent cependant attirés par un détail particulier, les gravures qu’arborait son futur repas portaient la marque des fidèles au Kahgan. Ce simple détails, rappela à la guivre, qui elle était, pourquoi elle était là, ce qu’était son devoir, ce qu’elle avait infligé à son peuple et ce qu’elle aurait du réaliser pour réparer ces fautes… se redressant vivement elle fit entendre une puissante complainte de douleur et de désespoir, la conscience meurtris du noble Gal’seran affronta l’appétit primaire du monstre que ses gênes abritaient. Il gagna mais au prix d’un effort considérable, se dévorant le corps de ses puissante mâchoires pour finir par sombrer dans l’inconscience.

    Lorsque Var se réveilla, il était redevenu lui-même, mais son corps portait d’affreuses cicatrices, marque de son automutilation. Affaiblis mais capable de se tenir debout er de marcher, il empoigna le cadavre de son frère de race et se mit en marche à l’aveugle.

    Après quelques jours d’errance il fut recueilli par d’autres draconide appartenant à une tribu lié au Kahgan, la tribu de celui dont il apportait les nouvelles de la mort. On lui demanda ce qu’il était advenu de la guivre des glaces, il répondit que le chasseur l’avait abattu au prix de sa vie. On lui demanda qui il était, mais il garda le silence… un silence qui ne fut brisé que par le Gan de la tribu qui vit en lui Vixanerius Gal’seran, le chef légitime de la tribu du même nom, depuis la capitulation de Loiosh. On le soigna donc, le remerciant d’avoir ramené au village celui qui deviendrait une légende en pour avoir vaincu le monstre de Faranor. Puis une fois rétabli il repartit vers son village. Là-bas, c’était son père qui avait assuré la régence et son retour ne signifia pas sa prise de pouvoir, il se fit une écaille de la tribu, souhaitant d’abord se faire oublier.

    Ce souhait changea bien vite, car en reprenant contact avec son ancienne tribu, il se confronta à la mort de son épouse et de ses enfants, il se confronta à la mort de ceux qui avait péri cette nuit là où il avait laissé son orgueil perdre ceux qu’il avait juré de protéger, et surtout il se confronta à l’odieuse admiration de ses pairs qui ne soupçonnait toujours pas son implication. Le besoin de racheter ses fautes et de ne plus jamais montrer de signe de faiblesse prit racine dans son âme et fort de ses convictions, il défia son père pour le titre de gan. Le combat fut vite expédié tant la différence de niveau était grande entre le fils prodigue et le père. C’est ainsi que Var devint gan et qu’il jura sur son honneur que jamais plus il ne laisserait l’un des siens mourir, que jamais plus il n’aurait à subir l’infamie d’être trop faible pour accomplir son devoir.

    Il s’attela par la suite à devenir plus fort par tous les moyens, affinant toujours plus ses compétences martiales, il chercha le pouvoir dans d’autres domaines telles que l’alchimie et l’étude des substances naturelle utile. Il chercha également à comprendre ce qui lui était arrivé, et ce fut finalement son arrière grand-père Loiosh qui le lui révéla sur son lit de mort. Le vénérable draconide avait été le seul à avoir compris la vérité sur la fameuse guivre, il était à vrai dire le seul à connaitre la vérité sur l’héritage génétique des Gal’seran qui portait en eux la capacité extraordinaire de revêtir l’aspect de ce gigantesque monstre d'écaille, malheureusement l’esprit sauvage d’une telle créature était si avide, qu’il dévorait celui qui faisait appel à sa puissance, se retrouvant incapable de dominer leur nature destructrice. Face à un tel inconvénient, le gène avait fini par disparaitre. Var semblait malheureusement ne pas avoir été épargné par le hasard et s’était vu doté de ce gène que son arrière grand père considérait comme maudit. La malédiction était cependant bien plus pernicieuse qu’un simple risque de transformation apocalyptique, en effet la l’influence de la guivre à l’appétit dévorant se reflétait dans la fascination que nourrissait Var pour les sources de pouvoir et son désir ardent de se les approprier, une influence qui était renforcé par l'important traumatisme causé par l'impuissance du gan face au massacre de sa famille. Ainsi pour le moment, il est un chef bienveillant et respecté... mais qui peux s’assurer que sa soif de pouvoir ne le mène pas à sa perte… ou à la perte des ennemis des draconides.

    Animal de compagnie, monture, possession terrestre : En tant que chef de tribu, il possède la hutte la plus spacieuse de son village, ainsi qu’un Bjork argenté, dressé par le dresseur de reptile des draconides, répondant au nom de "Jaeg" qui lui sert de monture.

    Pouvoir: Art du combat à mains nus (style draconique) dont l'étendu du talent l'a fait reconnaitre comme étant un prodige de sa race, connaissance botanique et des substances animales, polymorphie en guivre des glaces :

    La guivre des glaces est un animal aujourd’hui disparu (tout du moins aucun spécimen vivant n’as été découvert jusqu'à présent). Elle s’apparente à un serpent gigantesque de 15 mètre de long, particulièrement massif. Sous cette forme, ses écailles voient leur épaisseur et leur résistance s’accroitre en conséquence, faisant rivaliser sa résistance naturelle avec celle du fer forgé.
    Il acquiert de plus une résistance naturelle à la magie supérieure à celle d’un guerrier du nord.
    Son arme principales devient son énorme mâchoire qui est capable de broyer la pierre, et ce même sans le concours de son haleine corrosive. Cette haleine est en réalité issues des vapeurs de ses propre suc gastriques, capable de dissoudre presque n’importe quelle matière, ramollissant fortement la pierre et les métaux les plus résistant, elle n’agit que sur une aire d’influence limité autour de ses mâchoire (à peine 10 cm vers l’extérieur). La composition de son corps est évidemment résistantes aux traitements chimiques. Son autre arme et son corps tout entier qui est un pur condensé de muscles caparaçonnés dont les battements peuvent briser les os des plus imprudents. La créature est du genre fouisseuse, se servant de la forme profilée de son corps, de son haleine et des plaques d'os tranchantes qui recouvrent les extrémité de sa mâchoire pour se mouvoir sous terre. Elle dispose d’ailleurs de deux type de moyen de reptation :

    - En contractant et en détendant les muscles de son corps sur la longueur, imitant ainsi les vers de terre, elle se meut de cette manière sous terre et est relativement lente, atteignant tout de même des pointes de 15 Km/H
    - En ondulant son corps comme un serpent, uniquement utilisable à l’air libre, elle peut atteindre en vitesse de pointe les 35Km/H

    Le souci avec cette transformation et que l’esprit de la guivre est particulièrement puissant et que si jamais Var se laissait tenter à se transformer, il perdrait aussitôt le contrôle et ne pourrais regagner sa forme originelle que de manière miraculeuse (il est resté prisonnier un an de cette forme la première fois et ne dois son retour à la normal qu’a un « coup de chance »). Il ne se transforme ainsi jamais et malheur à tous si jamais il devait faire une entorse à cela.





    Inventaire: Gibernes, pagne pour cacher ses attributs sexuels, épée de cérémonie.

    ◙ Et Vous ? ◙


    Comment avez vous connu le forum? Je suis un DC
    Première impression: Faudrait plus de monde actif
    Remarque: j'espère avoir vite plein de copain à écaille Razz
    Autre: je n'activerais jamais ma polymorphie, je laisse son contrôle à la facétie du MJ

    avatar
    Apollyon Bélial
    ~ Empereur Démoniaque ~

    Messages : 1239
    Points RP : 156
    Date d'inscription : 13/12/2009
    Localisation : Assis sur son Trône à te mépriser

    Feuille de personnage
    Age :: L'Âge de la Création moins quelques décades
    Information Importante :: Quand le peuple ne subit pas, quand il veut discuter, c'est l'épaisse poussière de la bêtise qui s'élève.
    Côté Coeur: : Quod pulvis es, et in pulverem reverteris.

    Re: Vixanerius Gal'seran, Gan de tribu

    Message  Apollyon Bélial le Ven 12 Nov - 10:21

    Bonsoir,

    Voici ma modération.

    ◙ Votre Personnage ◙

    Nom: Ok

    Prénom: Ok

    Surnom* : Ok

    Âge: Ok

    Race: Ok

    Localisation: Ok

    Métier/Grade/Statut social: Ok

    Orientation Sexuelle: Ok

    Description Physique et vestimentaire: OK

    Description mentale: Ok

    Histoire: La réputation de ta guivre à ce point me chafouine un chouilla, mais ça me va.

    Animal de compagnie, monture, possession terrestre* : Ok

    Pouvoir: Ok

    Inventaire: Ok

    ◙ Et Vous ? ◙


    Ok

    Tu l'auras compris je valide, pour moi c'est bon.

    Amuse toi bien.

      La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 22:45